Virgin > Radhika Sanghani

108239509AuteurRadhika Sanghani

Editeur : J.C Lattès

Collection  &moi

Date de sortie : 02/01/2016

Broché : 300 pages

Liens d’achat

Broché  12,50€

Kindle  7,99€

Epub  7,99€

À vingt et un ans, Ellie Kolstakis est toujours vierge. Elle se donne quatre mois, jusqu’à la fin de ses études, pour remédier à la situation. Avec l’aide de ses deux  meilleures amies, Ellie ne lésine sur rien pour accomplir sa mission : apprivoiser son corps innocent et échapper à une mère grecque attachée à la tradition, jusqu’à enfin trouver le parfait candidat…

« Radhika Sanghani dresse le portrait hilarant et impertinent d’Ellie, entre Bridget Jones et Carrie Bradshaw. » Publishers Weekly

Chronique

 Tout d’abord je souhaite remercier les éditions JC Lattès et la Collection &moi pour leur confiance et ce service presse.

Je vous avoue que j’attendais cette sortie avec impatience. Un résumé très alléchant et une couverture fraîche et pétillante. Je me suis donc dans cette lecture ce premier jour de janvier et je peux vous dire que je suis totalement sous le charme de la plume délirante de Radhika Sanghani. 

En effet, Ellie, vingt un a une ombre qui plane au dessus d’elle dans sa vie…Elle porte sur ses épaules le fardeau que représente pour elle sa Virginité…Dans sa vie, il y a d’une part elle, la fille différente des autres et d’autre part sa virginité qu’elle compte bien perdre en l’espace de quatre mois. Et je peux vous dire qu’elle ne va pas lésiner sur les moyens. 

Déjà elle va pouvoir compter sur ses amies, Lara et Emma, qui seront de fidèles atouts dans sa quête ultime! Vous pouvez totalement les imaginer comme Carrie Bradshow et ses copines.

Ellie, Lara et Emma ça donne ça en soirée.

3db34f9de86a05f8_o-SATC221-facebook

En plus jeune bien entendu mais c’est tout à fait ça, de soirée étudiante en sortie entre copines, leur objectif, s’éclater, profiter de la vie et éventuellement mettre la main sur un beau mâle pour passer la soirée, et en ce qui concerne Ellie, trouver « Le » spécimen qui aura la chance de la déflorer. Hélas, la partie n’est pas gagnée. 

Ellie, est peut-être trop obsédée par cette part de sa vie qui n’existe pas encore. Elle se sent différente de par son apparence mais aussi à cause de sa virginité. Elle en fait des tonnes et même ses amies ne vont toujours réussir à la suivre sur ce chemin. Ellie, c’est une jolie jeune femme qui n’a pas la taille mannequin, qui n’attire pas le regard parce qu’elle se cache sous une montagne de vêtements informes.

Et côté psychologie, Ellie c’est tout à fait ça.

635836364842997473158503544_bridgee

Elle noie son chagrin à coup de Vodka limonade et de glace Ben & Jerry ! Une vraie « Bridget Jones » de vingt et un an. Qui s’appitoie parfois un peu trop sur son sort. 

Pourquoi est-il si important pour Ellie de perdre sa virginité au point de mettre tout un tas de stratagèmes en place pour arriver à ses fins ? Se pose-t-elle les bonnes questions ? Ses motivations ont-elle réellement un sens ? 

Je dois vous dire que j’ai passé un très bon moment avec « Virgin », je découvre la plume de Radhika Sanghani, une plume simple, fluide et délirante. Pour ma part, je trouve qu’elle a réussi à mettre en scène cette histoire avec l’humour qu’il faut, une petite touche sexy et beaucoup d’humanité. Que ce soit dans les relations amoureuses ou les relations amicales. 

Je me suis laissée emporter dans cette histoire en me remémorant les souvenirs de mes soirées entre copines. J’ai trouvé ce récit frais et pétillant, même si j’ai eu souvent eu envie de secouer notre Ellie, de lui hurler que ce n’est pas une tare en soit que d’être vierge ! 

Ellie et ses copines ont toutes plus de vingt ans et j’ai trouvé que parfois elles ne réfléchissaient pas toujours en tant que telles. Disons que Ellie reste un peu trop sur ses échecs d’adolescente, ce qui a probablement un impact sur sa vie actuelle. Et le fait qu’elle soit issue d’une famille grecque très à cheval sur l’éducation, la mettant dans une école de fille à jouer un rôle important aussi sur son adolescence. 

Tout au long du roman, il y a pas mal de rebondissements, donc un qui donne un réel intérêt à l’histoire, mais je ne vous en parlerais pas dans ma chronique pour ne pas vous spoiler une part importante du scénario. Qui ne manquera pas de vous faire rire. 

J’ai trouvé le tout vraiment très drôle, attention, tout est en relation avec la virginité, que ce soit l’acte en lui même mais aussi tout ce qui tourne autour, la drague, le flirt. Mais aussi des trucs de filles tels que les épilations, les façons de faire avec les hommes. Enfin bref, tout ce que trois jeunes femmes peuvent se raconter lors de soirée entre filles. 

En conclusion, je vous dirais que « Virgin » est un roman sans prétention, drôle avec lequel j’ai passé un agréable moment. N’hésitez pas à découvrir le parcours du combattant d’Ellie pour venir à bout de sa virginité. 

 Extrait : 

A toutes celles qui ont souffert le martyre à cause d’une épilation du maillot. 

Ellie Kolstakis

21 ans

Non Fumeuse

VIERGE

——–

La vie d’une vierge adulte est plus compliquée qu’on ne le croit. De toute évidence, c’est quelque chose de parfaitement normal, nous sommes des milliers dans le même cas et cela ne pose aucun problème. Choisir le bon moment pour avoir des relations sexuelles, c’est une décision personnelle et chacun est différent. Certains préfèrent attendre le mariage, d’autre le partenaire idéal. D’autres encore patientent pour des raisons religieuses ou bien parce qu’ils sont trop occupés à réussir leur vie pour se soucier d’un détail aussi dérisoire.

En tout cas c’est ce que j’ai lu sur internet en cherchant sur Google, à peine revenue du cabinet médical. 

Je savais que le Dr E. Bowers ne m’avait pas crue au début, parce que aucune étudiante de troisième année normalement constituée et consommant plus de dix unité d’alcool par semaine ne pouvait être encore vierge. Sauf moi.

J’enfonçai la tête dans l’oreiller en plumes qui m’avait coûté l’équivalent d’une semaine de provision. Je tirai la couette sur moi en essayant d’oublier ce mot qui me tournait dans la tête : VIERGE-VIERGE-VIERGE.

Je le détestais, ce mot. Et je détestais aussi être vierge. C’était injuste : pourquoi est-ce que j’étais la seule fille non difforme et non croyante qui se retrouvait avec un hymen intacte à vingt et un ans ? 

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s