Calendar Girl #2 > Février > Audrey Carlan

51ztwnwnzkl

Editeur : Hugo & Cie

Kindle : ICI

Livre : ICI

Mia se rend à Seattle où elle sera la muse d’un célèbre peintre français.

L’amour sur toile, tel est le titre de l’œuvre du bel artiste avec lequel elle va partager ce mois qui sera riche en émotions. Il faut dire qu’Alec est surprenant dans son travail et qu’il a cette manie si sexy d’utiliser des expressions françaises lorsqu’il s’adresse à Mia.

5-etoiles

Je remercie Déborah, Olivia et Stéphanie des éditions Hugo & Cie pour leur confiance et ce service presse. 

J’avais hâte de retrouver Mia et de faire connaissance avec Alec, ce célèbre peintre français. Mia va être sa muse durant le mois de février et constituer l’oeuvre « L’amour sur toile ». Telle une thérapie, Mia va apprendre énormément aux côté d’Alec.

J’avoue que comme beaucoup de lectrices j’avais beaucoup d’interrogations avant de commencer ce second tome. Mia va-t-elle oublier Wes ? Comment va-t-elle appréhender sa mission avec Alec ? Comment va-t-elle gérer le côté sentimental et sexuel de sa seconde mission ? Vous aurez toutes les réponses à la fin de ces 153 pages.

Ce mois de février sera riche en émotions pour notre héroïne. Elle passe très vite à autre chose en ayant tout de même des pensées pour Wes. N’oubliez pas que Mia est une jeune femme qui tombe très facilement amoureuse, c’est un défi de taille pour elle que de vivre cette aventure en acceptant naturellement tout ce qui va lui arriver pendant cette année. Elle ne se refuse rien et va apprendre à s’aimer.

Alec n’est pas Wes… D’ailleurs je n’ai même pas envie de les comparer tellement ils sont différents. Si l’accent français d’Alec m’a quelque peu énervée à certains moments, j’ai adoré son personnage atypique. Alec est un artiste, un homme totalement à part, un illuminé qui vit pour son art et qui a une conception de l’amour très intéressante. Il ne manquera pas de faire vivre à Mia un mois de février exceptionnel.

Audrey Carlan signe là une suite à la hauteur de mes attentes. Le concept est vraiment excellent. Le format de la saga ne me frustre pas du tout parce que c’est ce que l’auteure à cherché à transmettre à ses lecteurs. Je sais que chaque mois je vais découvrir une nouvelle facette de Mia et ce qui est génial c’est que je vais la découvrir en même temps qu’elle parce que chaque mission va lui faire ouvrir les yeux sur son existence et ça c’est carrément dingue.

J’ai ressenti énormément d’émotions avec cette suite. L’amour nous y est décrit comme un art et c’est tout un art de s’aimer. Février est une ode à l’amour, à l’acceptation de soi, un message résolument positif pour toutes les femmes qui manquent de confiance en elle. La beauté est partout sous toutes ses formes et Audrey Carlan nous le démontre avec beaucoup de justesse et de tact.

L’érotisme est un élément essentiel de cette saga, et là encore l’auteure fait un sans faute. Les scènes sont chaudes sans être vulgaires. Elles apportent le côté léger au roman et pourtant Audrey Carlan arrivent à les rendre indispensables dans la dynamique de l’histoire avec sa plume piquante et addictive. Le thème de l’art est vraiment bien exploité avec son authenticité et ses excentricités, un tome vraiment original. L’humour vient ponctuer tout le récit et rend Mia encore plus attachante.

En bref, ce second tome me confirme que cette saga à un énorme potentiel. Avec un concept révolutionnaire, Audrey Carlan nous captive avec une héroïne moderne qui a tout à apprendre de cette année. Alec est un personnage que j’ai aimé malgré ses petits défauts et j’ai adoré le duo qu’il a formé avec Mia. L’alchimie qui s’est dégagé de leur couple m’a transportée et je ne garde que le beau message de ce mois de février. L’amour est un art et c’est un art d’apprendre à s’aimer.

975391extrait

Nous avons créé de l’art ensemble et nous avons fait l’amour, à notre façon. C’est ce qui comptera lorsque je regarderai en arrière et que je repenserai aux décisions que j’ai prises. Mon séjour avec Alec a été spécial et je comprends peu à peu que chacun de mes clients m’apprendra quelque chose sur moi et sur la vie.

5-5

Cette fois ci Mia nous embarque à Seattle pour travailler avec le bel Alec, artiste peintre français.

Je dois avouer qu’au tout début, j’ai eu quelques réticences sur ce nouvel opus car pour moi Mia passait bien trop vite à autre chose, mais cela a vite été éclipsé par ce que lui apporte Alec. A travers son art il va lui faire baisser ses barrières, la confronter à son passé, son présent et son futur pour qu’elle l’accepte et l’envisage plus sereinement. Cela ne se fait pas facilement pour elle et de la voir ainsi troublée, triste, puis déterminée et mieux dans ses baskets c’est un pur plaisir pour la lecture. La force du mois de février est donc bien l’introspection et l’analyse de cette femme, on la cerne mieux et on arrive très vite à s’imprégner du personnage, et puis Mia reste fidèle à elle-même avec son caractère bien trempé et son franc parlé ce qui apporte une bonne dose d’humour et de sourires pour nous.

Quant à Alec, il est certes très attirant et sexy, mais c’est surtout sa personnalité qui prédomine sur ce personnage. Il est ambitieux, consciencieux, méthodique et surtout passionné par son travail. C’est un réel plaisir de découvrir l’art et ses subtilités à travers ses yeux, on comprend l’importance des messages qu’il veut faire passer et je dois dire qu’ils sont très beaux ! Et puis c’est lui qui va nous transformer Mia, lui qui va lui permettre de se révéler et s’accepter en la mettant face à elle-même et en lui ouvrant les porte de son cœur, il le fait avec délicatesse et subtilité ce qui est enivrant et passionnant.

En conclusion, un second tome très intéressant qui nous permet de réellement faire connaissance avec Mia, de découvrir la magie de l’art et de vibrer avec un bel apollon, néanmoins, pour ma part, Wes reste pour le moment mon chouchou.

5-5

Ce mois de février est un vrai régal, non seulement il est rempli d’humour, mais Mia va énormément évoluer.

Elle laisse Wes et Malibu derrière elle, pour devenir la muse d’Alec durant un mois.

Alec est un homme étrange, c’est un artiste aux idées parfois un peu farfelues, mais il sait ce qu’il veut, il va réussir à percer la carapace de Mia à travers ses peintures. Cette série de peinture pour laquelle Mia sera sa muse, lui fera le plus grand bien, elle va évoluer, comprendre pas mal de choses sur elle-même, à s’accepter, à accepter le fait qu’elle a le droit d’aimer de de se faire aimer.

Il est impossible de comparer Wes et Alec, ils sont vraiment différents, et pourtant, chacun d’eux touche Mia de manière également différente. Elle a des sentiments forts pour Wes, mais Alec ne la laisse certes pas indifférente.

C’est vrai que l’on passe d’un homme à l’autre, mais derrière ce changement il y a une histoire, un but à atteindre.

Avec cet opus, je ne peux que confirmer que je vais suivre la saga complète jusque décembre, je suis même certaine qu’elle finira en apothéose ☺

Vivement le mois de mars pour découvrir ce bel italien qui a besoin des services de Mia, je suis vraiment curieuse de voir où cela va nous mener.

8 réflexions sur “Calendar Girl #2 > Février > Audrey Carlan

  1. Pingback: Calendar Girl – Avril > Audrey Carlan | Le monde enchanté de mes lectures

  2. Pingback: Calendar girl #5 – Mai > Audrey Carlan | Le monde enchanté de mes lectures

  3. Pingback: Calendar Girl #7 – Juillet > Audrey Carlan | Le monde enchanté de mes lectures

  4. Pingback: Calendar Girl #8 – Août > Audrey Carlan | Le monde enchanté de mes lectures

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s