Thriller/Policier/Polar

L’Affaire de la belle évaporée > J.J. Murphy

51WqKESucYL._SX326_BO1,204,203,200_Editeur : BakerStreet

Livre : ICI

31 décembre, New York, à l’époque de la Prohibition.
En compagnie de ses fidèles amis, Woollcott et Benchley, Dorothy Parker fête le nouvel an à l’hôtel Algonquin. La grande star de théâtre et de cinéma, Douglas Fairbanks, y organise une réception dans sa luxueuse suite. Alors que la soirée bat son plein, l’un des invités, le Docteur Hurst, annonce qu’un cas de variole vient d’être détecté, et que l’hôtel est mis en quarantaine. Le cauchemar ne s’arrête pas là : quelques heures après le début des festivités, Bibi Bibelot, l’extravagante vedette de Broadway, est retrouvée sans vie dans un bain de champagne.
Dans une course contre la montre, Dorothy va mener l’enquête, épaulée par Sir Conan Doyle, le célèbre créateur de Sherlock Holmes. Une investigation à huis clos, où personnages réels et fictifs se croisent et se recroisent. D’un étage à l’autre, questions, dilemmes étant révélations s’enchaînent et s’entrechoquent, alors que le meurtrier, lui, continue à échapper aux membres du Cercle Vicieux.

4-5Cela fait un moment que je devais poster ma chronique, mais n’arrivant pas à entrer complètement dans l’histoire j’ai préféré laisser le livre en attente. Lorsque j’ai repris le livre pour le relire, cette fois je m’y suis plongée sans problème, peut-être n’était-ce simplement pas le bon moment pour que je le lise la première fois.

Imaginez un peu la situation.

Une nuit de réveillon de nouvel an, une starlette des années 20 retrouvée morte, plus de suspects que de témoins, histoire écrite en huit clos, nous sommes en hiver et la neige recouvre tout, les routes sont bloquées.

Si je devais avoir un personnage préféré, ce serait sans hésitation Dorothy et ses réparties drôles et piquantes à souhait.

Ce que j’ai adoré, c’est le fait justement que cette affaire se passe en huit clos, cela donne vraiment l’impression de se retrouver dans l’histoire, beaucoup plus quand dans une histoire qui n’est pas en huit clos. Du moins c’est mon avis. Les descriptions de ce qui nous entoure, des tenues de l’époque également, tout est fait pour que le lecteur se sente immergé dans ce huit clos.

Mais le meilleur moment, celui que je retiendrait, c’est celui de la chute avec la découverte de « qui a tué ? ». Jusqu’à ce moment, impossible de savoir, de deviner. L’auteur a réussi à me surprendre, et wahou j’en redemande.

Conclusion, j’ai bien fait de mettre ce livre de côté et de le reprendre car cette fois j’ai apprécié ma lecture.

Merci à LP conseils pour leur confiance et aux éditions BakerStreet pour ce service presse.

2 commentaires sur “L’Affaire de la belle évaporée > J.J. Murphy

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s