La fille d’avant > J.P. Delaney

41gn8uq8pyLEditeur : Mazarine

Kindle : ICI

Livre : ICI

Après un drame éprouvant, Jane cherche à tourner la page. Lorsqu’elle découvre le One Folgate Street, elle est conquise par cette maison ultra moderne, chef d’oeuvre de l’architecture minimaliste, parfaite. Mais pour y vivre, il faut se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Parmi celles-ci : répondre régulièrement à des questionnaires déconcertants et intrusifs. Peu à peu, Jane acquiert une inquiétante certitude : la maison est pensée pour transformer celui qui y vit. Or elle apprend bientôt qu’Emma, la locataire qui l’a précédée et qui lui ressemble étrangement, y a trouvé une fin tragique.
Alors qu’elle tente de démêler le vrai du faux, Jane s’engage sur la même pente, fait les mêmes choix, croise les mêmes personnes… et vit dans la même terreur que la fille d’avant.

4-5Avec ce thriller psychologique, nous allons suivre deux femmes dans deux périodes différentes, mais dans une seule maison. Emma est la fille d’avant, Jane celle d’aujourd’hui. Elles ont toute deux eu des expériences de vie traumatisantes et veulent remonter la pente en essayant de changer d’environnement.

D’un autre côté, nous avons Edward, le propriétaire de la maison, un proprio étrange et surtout maniaque qui les fera répondre à un questionnaire avant de les accepter dans cette maison. En plus du questionnaire, il impose des règles drastiques.

Les points alternés entre passé et présent, ainsi que les chapitres courts donnent un rythme effréné à l’histoire. Mais là où je trouve que l’auteur a excellemment travaillé, c’est dans le dosage du suspens, il nous oblige à douter et à nous poser pas mal de questions.

L’auteur a également rendu ses personnages assez complexes et intrigants. J’irai même jusqu’à dire que la maison devient un des personnages de l’histoire, par moments on pourrait croire qu’elle a sa propre conscience, ce qui peut être perturbant quelque fois, mais je trouve que cela donne encore plus de sentiments perturbants.

Après ma lecture, je suis allée jusqu’à me dire que l’auteur avait un réel don de manipulation. J’entends par là qu’il mène ses lecteurs par le bout du nez, là où il l’a décidé, sans que personne ne puisse rien voir arriver.

Pour moi, « La fille d’avant » est un bon thriller qui ravira la plupart des amateurs du genre.

 Merci aux éditions Mazarine pour ce service presse.

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s