Les Cavaliers Passagers > Flora Meaudre – Vincent Biwer

couv-194x300

ÉditeurLe laboratoire existentiel

Date de sortie : 19 avril 2017

Pour se procurer le livreSite de l’éditeur

Après une longue relation, Lucie rejoint le « marché du célibat ». À vingt-cinq ans, elle se retrouve confrontée aux pressions de son entourage qui lui rappelle que
son horloge biologique tourne, subit la fragilité de la femme dans l’espace de la rue et de la nuit, multiplie les rencontres sans lendemain tantôt loufoques, tendres
ou douloureuses, et intrigue par la contradiction de ses propres désirs.

Car entre engagement et plaisirs passagers, Lucie sait-elle vraiment
ce qu’elle cherche ?  Comment ces rencontres éphémères et ces échecs
successifs transforment-ils la vision qu’ont les deux sexes l’un de l’autre ?

On suit les péripéties de Lucie de saison en saison, de cavalier en cavalier,
des nuits parisiennes aux sites qui promettent l’amour, en passant par
les compétitions de tennis et de poker. D’amusement en lassitude, de lassitude
en amertume, elle nous confie ses aventures et celles de ses amis comme
autant de fragments et d’observations sur ses étranges contemporains.

Tour à tour mordante et poétique, Lucie est le reflet d’une génération qui semble vouloir réinventer ses repères amoureux tout en étant aux prises avec la norme établie.


Mon avis – Note 5/5

Le livre-objet est magnifique, il est important de souligner le fait que ce livre se veut artistique, et l’objet en lui-même s’admire. La couverture m’a beaucoup plu parce qu’elle est sobre et épurée et qu’elle met en avant le talent de l’illustrateur ce qui permet au lecteur d’entrevoir ce qui l’attend entre ces pages.

Il y a des livres qui nous permettent de nous évader, de rêver, de fuir une réalité qui nous étouffe, d’autres qui nous permettent de réfléchir, de nous poser des questions, sur tels ou tels sujets. Certains nous marquent plus que d’autres, en fonction des thèmes abordés, et avec [Les Cavaliers Passagers] j’ai vécu une expérience de lecture unique, intime et enrichissante. 

Il faut dire que le thème est plus que d’actualité. C’est un livre vraiment étonnant, le lecteur se retrouve dans un univers très réel au travers des récits de Lucie, notre héroïne. La plume de Flora est moderne, mordante et poétique, elle embarque le lecteur dans un récit intimiste, on se sent observateur, quelque peu voyeur même mais son récit n’entraîne pas de malaise à la découverte des aventures de Lucie, car rien de plus naturel que les échanges humains.

Flora Meaudre porte un regard sincère sur une société qui réinvente les codes amoureux, et les péripéties de Lucie sont intéressantes à décortiquer, je me suis mise dans la peau de celle qui observe, sans jugement, en mettant en parallèle les histoires amoureuses de mes propres amies.

Ce livre nous dresse le portrait d’une femme qui rejoint le marché du célibat, un parcours initiatique qui ne sera pas de tout repos, entre pression sociale et familiale, l’envie de trouver la bonne personne et les doutes de ne pas savoir ce qu’elle veut, Lucie va vivre des expériences sentimentales très diversifiées.

Ce récit se veut drôle et libéré, tendre et brut en même temps. Telle une biographie nous allons en apprendre plus sur Lucie et son entourage. Sa meilleure amie Alex est d’ailleurs très présente dans le récit, l’amitié est très bien représentée. Il faut dire que le style de l’auteure est harmonieux, entraînant, et sans barrière. Il faut vivre avec son temps et le langage utilisé par Flora Meaudre est aussi poétique qu’il est moderne.

L’humour et l’autodérision font partie intégrante de ce livre. Comme on dit toujours : »Il vaut mieux en rire qu’en pleurer… » J’avoue, j’ai eu très souvent le sourire pendant ma lecture, et je me suis sans cesse répété, et ben y en a qui sont pas tristes… Au gré de ses rencontres, Lucie va de cavalier en cavalier, ces hommes sont une source d’inspiration sans limite, elle nous dresse aussi le portrait de ces cavaliers, qui font des personnages intéressants, ahurissants parfois, drôles et émouvants. L’approche de Flora en terme de sentiments est fascinante, elle met en lumière les difficultés actuelles que l’on rencontre sur le marché de l’amour. J’ai adoré le parallèle avec la société de consommation, on prend et on jette sans scrupules, sans se demander si il y a quelque chose à sauver…

J’ai dévoré le livre en un rien de temps et pourtant à chaque étape j’ai pris le temps de me poser des questions, sur ce que je venais de lire pour en comprendre le sens et en tirer quelque chose. Je dois dire que ce livre sera perçu différemment par chaque lecteur, parce que nous n’avons pas tous les mêmes vies, pas tous les mêmes attentes en matière de relations amoureuses. J’ai aimé la sincérité dont fait preuve l’auteure, sans tabou elle nous livre des anecdotes parfois drôles, parfois plus dures mais chaque fois avec une totale liberté d’agir et de penser. Un regard honnête sur le quotidien de son héroïne qui n’est pas sans nous faire penser à l’auteure elle-même. L’émotion est au rendez-vous de chaque anecdotes.

Tout l’intérêt de ce livre réside dans le fait qu’il soit illustré. C’est ce qui rend l’expérience de lecture si unique, à chaque illustrations j’ai pu laisser mon esprit dériver, pour percevoir les mots de l’auteure au-delà de ce que je lisais. Le côté artistique des illustrations combiné à la plume poétique de l’auteure entraîne le lecteur dans une totale introspection de notre propre vision des codes amoureux. Page après page, le lecteur se remet en question, se demande si cela se passe de la même manière pour tous les célibataires, on ne peut s’empêcher d’y voir une certaine fatalité. Ce récit fut d’autant plus intéressant pour moi, qui suit en couple depuis maintenant quinze ans, j’étais ravie de pouvoir entrevoir une réalité qui n’est pas la mienne, j’ai aimé essayer de me positionner face aux aventures de Lucie, c’était très enrichissant.

En bref, [Les Cavaliers Passagers] est un de ces livres qui changent notre quotidien de lecteur. C’est une expérience de lecture très enrichissante et unique. C’est d’ailleurs la première fois que je lis un livre illustré et je ne regrette pas une seule seconde le temps que j’ai passé avec Lucie, Alex et leurs cavaliers. Ce livre aiguise les sens des lecteurs et leur curiosité sur un thème de société. La plume de Flora est sans barrières, sans tabous, mordante et dans l’air du temps. Elle nous livre un récit intime criant de vérité et d’honnêteté qui vous donnera souvent le sourire et matière à réflexion. Laissez-vous happer par l’originalité de ce récit illustré qui vous parlera forcément d’une manière ou d’une autre.


Extrait 

Prologue d’une époque

Ce sont des flippés de l’engagement, des terrorisés du couple, des angoissés de l’amour, des apeurés de la prise de risques. Ils préfèrent ne pas tenter. Ils se cramponnent à ce qu’ils connaissent, ce qui les rassure, même si cela les rend malheureux. Ils sont dans l’illusion du contrôle. Ils ne veulent pas lâcher prise. Ils ont une opportunité, la possibilité de vivre quelque chose de beau, mais ils renoncent. Tomber amoureux ? Quelle hérésie ! Une folie, un truc insensé. Le courage, ils ne savent même plus ce que cela signifie. Alors ils préfèrent reculer, fuir, esquiver, ignorer, parfois faire semblant d’avoir disparu, peut-être qu’on croira qu’ils n’existent plus. Ils jouent à « on ferait comme si on n’était pas tombés sous le charme de lui ou d’elle ». Ce sont des flipettes, des baltringues, des nuls, des bolos. Oui ce mot est à présent dans le Petit Larousse, tout arrive, même l’amour. Et quand il est là, qu’il se présente à eux…

Je remercie Anne-Ségolène et les éditions Le laboratoire existentiel ainsi que Flora Meaudre pour leur confiance et ce service presse. 

 

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s