A nous deux Manhattan > Judith Krantz

51Cwn1xcGgL._SX308_BO1,204,203,200_

Éditeur : L’Archipel

Lien d’achat : ICI

Effrontée, immorale et belle jusqu’à l’indécence, Maximilienne Amberville, dite Maxi, découvre à vingt-neuf ans que son aptitude à saisir tous les plaisirs de la vie n’a d’égale que son ardeur au travail. Justement, l’empire de presse fondé par son père adulé, récemment disparu, menace de s’écrouler. Et l’artisan de cette ruine programmée n’est autre que son oncle, Cutter Amberville, l’homme des menées obscures… Maxi décide de se lancer dans une entreprise risquée : faire revivre le premier journal lancé par son père. Elle a tout à apprendre du métier, mais son flair et son enthousiasme lui attirent des soutiens providentiels. Pourtant, sans l’aide de son premier mari, graphiste génial, elle a peu de chances de réussir. Après des années d’amour et d’incompréhension, les amants terribles sauront-ils enfin se parler ? Une fresque sur le pouvoir et la trahison, l’obsession érotique et l’amour vrai.


L’avis d’Alouqua – Note 4/5

Première chose, je suis fan de la couverture, je la trouve magnifique, et elle représente tellement bien l’histoire. Mon seul petit bémol sur celle-ci, sera pour le personnage choisi qui pour moi fait plus penser à une ado qu’à une adulte. Ce n’est peut-être qu’une impression après tout, je ne sais pas si d’autres personnes sont du même avis que moi.

Judith Krantz divise l’histoire en deux parties. La première nous pose les bases, nous permet de comprendre qui est qui, le rôle de chacun, mais également comment est née cette entreprise pesant plusieurs millions de dollars. Bien que cette partie soit utile à la compréhension, j’ai parfois trouvé que c’était un peu long, que certains détails auraient pu être retirés, ou moins développés. Je ne vous cache pas que j’ai eu envie deux ou trois fois de sauter quelques pages, je ne l’ai pas fait de peur de louper un détail qui pourrait se révéler important pour la suite, mais cela m’a donné un effet de longueur inutile. Arrivé à la moitié, nous sommes bel et bien de retour dans le présent, ou du moins celui de Maxi, dont nous parle le résumé.

Malgré son jeune âge, Maxi a déjà été mariée trois fois, elle a une petite fille de son premier mari Rocco. Mais je l’ai sentie fragile sur pas mal de points, elle qui se donne des airs durs, elle ne l’est pas réellement. Elle qui ne s’est jamais impliquée dans quelque chose, il aura suffi que sa mère et son nouveau mari veuillent supprimer une partie des revues créées par son père pour que sa véritable nature se montre, qu’elle sorte les griffes pour défendre ce patrimoine. C’est dans l’épreuve qu’elle se révélera en tant que femme, qu’elle s’impliquera comme jamais auparavant. Une femme dans un monde principalement masculin, une femme fragile et forte à la fois, une femme touchante et sincère.

Mais elle ne sera pas seule, une fois plusieurs personnes convaincues par son projet, elle pourra affronter la dure réalité plus sereinement, bien que rien ne soit joué d’avance et que ce soit un véritable coup de poker.

L’effet longueur de la première partie se fait très vite oublier dans la seconde, et au final, je me suis régalée ☺

Merci à LP Conseils pour leur confiance.

Une réflexion sur “A nous deux Manhattan > Judith Krantz

  1. Pingback: Une semaine, nos lectures, nos avis #2 | Le monde enchanté de mes lectures

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s