Romans

La maison du déclin > Drazen Katunaric

maison-declin-1cÉditeur : M.E.O

Kindle : ICI

Livre : ICI

Nous promenant de Notre-Dame de Paris au carnaval de Venise en passant par les lisières du Sahara, Strasbourg, la Provence, l’œuvre de Hugo, la Rue des Crocodiles de Bruno Schulz ou le gigantesque ennui dans les sociétés communistes, l’auteur nous fait réfléchir sur la disparition du sacré dans l’architecture contemporaine sans que pour autant l’humain y trouve satisfaction.
Philosophe et poète, Dražen Katunaric part de ce constat : le progrès n’est plus un arrachement à la tradition, il est notre tradition même. Il ne résulte plus d’une décision, il vit sa vie, automatique et autonome. Il n’est plus maîtrisé, il est compulsif. Il n’est plus prométhéen, il est irrépressible. Nous sommes soumis à la loi du changement comme nos ancêtres pouvaient l’être à la loi immuable. En tout domaine ou presque, l’obsolescence a eu raison de la permanence. Il n’y a donc pas de mérite particulier à faire bouger les choses, car elles se passent très bien de nous pour cela. Ça déménage avant même que nous songions à lever le petit doigt.

Ma note : 3,5/5

Mon avis

En débutant ma lecture, je ne savais trop à quoi m’attendre exactement. Je suis donc partie à l’aventure.

Le début du résumé dit que l’auteur est philosophe, chose due l’on ressent très fort dans le livre, dans la manière dont il est écrit et nous pousse à nous poser pas mal de questions sur ce qu’est réellement le progrès.

Bonne ou mauvaise chose ?

Sommes-nous vraiment à l’origine de la progression de toute chose ?

Le progrès à t-il réellement besoin de nous dans son ascension ?

Si le but de l’auteur est de nous pousser au questionnement, alors avec moi il a franchement réussi. Je ne me souviens pas qu’un livre aie réussi à me faire me poser autant de questions d’ailleurs.

Là également, est-ce une bonne ou une mauvaise chose de nous poser autant de questions, n’est-ce pas préférable que ces questions ne soient posées que lorsqu’elles ont besoin de trouver une réponse ?

Quoiqu’il en soit, ce n’est bien évidemment que mon avis, et j’ai apprécié cette lecture, bien que vraiment différente de ce que j’ai déjà lu. La maison du déclin est un livre à découvrir par tout les amateurs de questionnement et de réflexion.

Merci à Gérard et aux éditions M.E.O. pour leur confiance.

 

Un commentaire sur “La maison du déclin > Drazen Katunaric

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s