Sans âme (le Protectorat de l’Ombrelle, tome 1) > Gail Carriger

sans ame

Éditeur: Le Livre de Poche

Livre: ICI

Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui ne lui avait même pas été présenté ! Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau, compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour démêler l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame-t-il réellement dans la bonne société londonienne ? Vampires, loups-garous et aristocrates : un réjouissant mélange de romanesque et de fantastique !

tiss5.png

Me voila embarquée dans cette nouvelle saga bit-lit, steampunk et c’est une très bonne surprise d’évoluer dans le même univers que « Le Pensionnat de Melle Géraldine », on y retrouve les même codes, coutumes, certains personnages et surtout cette même société Anglaise si stricte et en même temps si drôle.

Alexia est une sans âme, un être paranaturel rare qui annihile sur simple contact le côté surnaturel des vampires, loups garous, et même fantôme. C’est une vieille fille pour l’époque qui vit très bien son célibat, non pas quelle ne recherche pas l’amour mais son caractère très autoritaire, têtue (on peut même dire bornée !), franc, cinglant et téméraire ne font pas vraiment bon ménage avec l’attitude douce et soumise des femmes de l’époque. Alexia est une vraie bouffée d’air frais, sans limite et aimant se fourrer dans des situations inacceptables de la bonne société font d’elle une héroïne hors du communs, drôle, courageuse et avec une répartie du tonnerre qui ne peut que nous faire rire.

Lord Maccon, dont nous avions entendu parler dans « Le Pensionnat de Melle Géraldine » est un loup garous bourru, irascible, indomptable et très attirant. Son côté dominant, absolument pas galant et hors codes le rend totalement grisant, envoutant et sexy, il dénote totalement dans cette société anglaise ce qui le rend comique et en même temps fort et valeureux, son côté chevaleresque fait qu’on l’admire et ses sautes d’humeur nous font peur autant qu’elles nous fascinent!

Leurs rencontres et échangent sont explosifs, intenses et limite indécents mais ce duo improbable à l’art et la manière de démêler les problèmes de façon mouvementée et radicale. L’histoire a une très bonne cadence, impossible de se lasser ni de s’ennuyer, on plonge à la fois dans l’univers des surnaturels et dans le côté aventure rocambolesque, le tout avec un humour « so british » exaltant! Et puis il y a cette attirance entre nos deux protagonistes qui nous fait frémir de peur comme de chaleur, ils évoluent lentement mais sûrement, apportant une touche de romance bienvenue.

En conclusion, un 1er tome riche en évènements, avec des personnages caractériels mais envoutants, une intrigue très bien menée et originale, et cet univers si beau, intrigant et fascinant qu’est le steampunk/bit-lit de Gail Carriger qui captive toujours autant!

Une réflexion sur “Sans âme (le Protectorat de l’Ombrelle, tome 1) > Gail Carriger

  1. Pingback: Une semaine, nos lectures, nos avis #8 | Le monde enchanté de mes lectures

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s