Forbidden > Tabitha Suzuma

IMG_0847

Éditeur : Milady

Date de sortie : 12 juillet 2017

Lien d’achat : Amazon

Maya et Lochan ne sont pas des adolescents comme les autres. Élevés par une mère alcoolique et instable, ils sont livrés à eux-mêmes et n’ont d’autre choix que d’élever seuls le reste de la fratrie. Forcés de devenir adultes plus tôt que prévu, ils se soutiennent dans l’adversité et finissent par tomber amoureux. Lochan se sent seul au monde, et Maya est la seule à pouvoir le comprendre. Conscient de la monstruosité de cet amour, Lochan est prêt à tout pour bâillonner le désir et les sentiments que sa sœur lui inspire. Mais comment résister alors que Maya a besoin de lui autant qu’il a besoin d’elle ? Est-ce un crime de s’aimer si fort ?


L’avis de Marlène – Note ❤❤❤

Un sujet tabou, deux personnages magistraux et un amour qui défie toutes les conventions. Une histoire magnifique qu’aucun mot ne serait à même de qualifier.

Maya et Lochan sont des adolescents hors du commun. Avec une mère alcoolique et totalement démissionnaire, ils élèvent à bout de bras leurs frères et sœurs. Ils sont les aînés d’une fratrie de cinq enfants, de cinq à treize ans… A leur âge, ils ont déjà plus de responsabilités que la plupart des adultes. Ils doivent mener de front leurs études et l’éducation de leur frères et sœurs, tout cela en gérant aussi les factures, et les tâches du quotidien. Autant vous dire que c’est très lourd pour des adolescents de seize et dix-sept ans. Entre Maya et Lochan, il y a toujours eu ce lien inexplicable, leur relation a toujours été différente de celle d’un frère et d’une sœur, il y a toujours eu ce petit plus entre eux, au-delà du lien fraternel et de l’amitié. Ils ont dû faire face à de nombreux problèmes dans leur vie, et la seule chose qui les a fait tenir, c’est qu’ils ont toujours été là l’un pour l’autre. Le contexte de leur histoire a fait que l’amour est née entre eux, ils sont tombés amoureux parce qu’ils n’ont jamais eu la sensation d’être frère et sœur. Lochan se sent incompris du monde extérieur, il n’y a que Maya pour le comprendre, et ses sentiments pour elle sont dévastateurs. Si intenses que ça en devient douloureux d’admettre qu’ils n’ont pas le droit de s’aimer de cette façon. Mais pourquoi ? Qui dicte les règles qui régissent l’amour ? La raison a-t-elle sa place dans ce cas de figure ? Pourquoi s’aimer devient-il un crime contre nature ? 

Ecrire cette chronique s’avère être un déchirement, car je revis intensément l’histoire de Maya et Lochan. Aussi parce que j’ai tellement de choses à dire que je ne sais pas par quoi commencer pour vous livrer un avis cohérent et clair.

On va commencer par évoquer le thème tabou, oui l’inceste est au centre de cette histoire, pour apprécier l’amour de Maya et Lochan à sa juste valeur, il faut absolument une ouverture d’esprit sans limite. Quoi qu’il arrive c’est un sujet qui fait réagir. J’entends tous les sons de cloche, de ceux qui vont crier au scandale, à ceux qui vont directement condamner ces deux jeunes gens. Certains n’auront même pas envie de lire ce livre en découvrant le résumé, et je comprends tout à fait. Cependant, et sans cautionner l’inceste, j’aimerai que les personnes prompts à juger découvre ce roman. Car ici tout est une question de contexte. Maya et Lochan n’ont que treize mois d’écart, et ils ont toujours été très proches l’un de l’autre. L’amour fraternel à évolué vers une amitié indéfectible pour devenir un amour impossible, douloureux et pourtant si fort, sincère et puissant.

Ce roman m’a bouleversée, et je ne suis pas la seule bien entendu. A la lecture de ce roman, je me suis émerveillée par la force de caractère de nos deux héros. Élever des enfants, c’est déjà quelque chose de très difficile étant adulte, mais je n’imagine même pas ce que Maya et Lochan ont dû endurer pour protéger leur famille, le sacrifice qu’ils ont fait pour que personne ne s’aperçoive que leur mère n’était plus du tout dans le coup. Cette mère que j’ai détesté d’une telle force, c’est inimaginable de faire cela à ses propres enfants, j’ai trouvé cette femme égoïste, immature et cruelle. C’est elle qui mérite d’être condamnée à vivre sans amour. Son attitude m’a révoltée, m’a révulsée et quelque part cela a renforcé les émotions que j’ai ressenti. Maya, notre héroïne est déjà une adulte posée et réfléchie. Elle arrive à prendre sur elle, à vivre sa vie à bout de force, et son amour pour Lochan lui donne l’énergie qui lui faut pour survivre. Maya est celle qui tempère toute la tribu, elle est douce et patiente, elle règle les conflits et apaise toutes les tensions. J’ai adoré son personnage, c’est une jeune femme forte, qui ne craque pas facilement malgré tout ce qu’elle endure. Elle a vraiment la tête sur les épaules. Lochan, qui est mon gros coup de cœur en ce qui concerne les personnages, m’a éblouie ! Lochan est différent, atteint d’une grande timidité et d’une phobie sociale qui régie ses relations extérieures à son cocon familial, est juste trop attachant. C’est un jeune homme plein de bonté, avec un cœur pur et bon. J’ai souffert en même temps que lui, déchirée par ses sentiments et sa façon de voir le monde. Lochan est un jeune homme fragile, terriblement mal dans sa peau. Sa souffrance est palpable à chaque seconde de ce roman, on survit avec lui. J’aurai voulu être une épaule de plus pour lui, lui dire qu’il n’était pas anormal ! Que son mal être était légitime mais qu’il n’avait pas à avoir honte de lui. Je crois que j’ai rarement été aussi fusionnelle avec un personnage de roman, car pour moi Lochan était réel, l’auteure a réussi à en faire une personne à part entière. Avec une personnalité complexe et tourmentée. Elle a réussi un tour de force en mettant des mots sur le mal-être de Lochan. Les personnages secondaires se composent de Kit, treize ans, un ado en colère, toujours dans l’agressivité et dans la confrontation avec Lochan, qui a pris le rôle de chef de famille. Kit est un sacré numéro, ils ne ménagera pas ses frères et sœurs, et pourtant son attitude traduit clairement un mal-être chez lui aussi. Comment se construire sereinement lorsque l’on a plus de père, et qu’une alcoolique absente tient le rôle hypothétique de la mère ? Impossible, me direz-vous ! Les deux plus petits frères et sœurs apportent eux aussi leur lot d’émotions. Entre souffrance et tendresse, tension et incompréhension, Maya et Lochan vont devoir assumer un rôle pesant. Et leur amour est la seule chose qui les empêche de sombrer.

Le roman se veut très psychologique, car c’est là que chaque lecteur y trouvera son compte, ou non… Il faut déjà passer au-dessus du fait que Maya et Lochan sont frères et sœurs mais qu’ils se désirent comme un homme et une femme à part entière. Leurs sentiments sont si vifs que c’est une lutte de chaque instant. Peser le pour et le contre, assumer cet amour que certains qualifie de « contre nature ». La notion d’amour est exploité à son paroxysme, Tabitha Suzuma confronte le lecteur à une relation si belle que cela nous fait oublier le côté incestueux de l’histoire. Et pourtant elle n’omet jamais de tourmenter nos héros avec les émotions qu’ils ressentent, Maya et Lochan vont se déchirer à cause de cet amour, ils vont en souffrir et en même temps prendre ce que cet amour leur offre de plus beau. L’espoir ! L’espoir qu’un jour ils puissent s’aimer sans culpabiliser. L’auteure est restée cohérente et crédible en mentionnant tous ce qui rend cet amour impossible. Tout ce que nos héros devront accepter pour vivre heureux ensemble.

Avec ce roman, je ne peux même parler de simple coup de cœur… Ce roman m’a détruite pour mieux me reconstruire, pour mieux percevoir la beauté de l’amour avec un grand A. Peu de personnes pourront se vanter d’avoir connu un amour aussi puissant que celui qui unit Lochan et Maya. La complexité des sentiments amoureux est sublimé par la plume de Tabitha Suzuma. Comment qualifier son style ? Si ce n’est qu’elle a su trouver les mots justes pour faire passer un message universel. L’amour sera toujours perçu différemment d’une personne à l’autre… Il y aura des gens pour pointer du doigt les personnes qui sortent des sentiers battus. Ce roman est le porte parole de la tolérance. Tabitha Suzuma a su nous retranscrire dans les moindres détails les tourments de Lochan, sa façon de se sentir différent, sa façon d’avoir peur du monde extérieur. C’est certainement ce qui m’a le plus touchée dans ce récit, c’est la personnalité du héros et la façon dont l’auteure l’a mis en scène. J’ai moi-même ressenti beaucoup d’amour pour Lochan.

Ce roman sera aussi perçu très différemment en fonction de l’histoire des lecteurs.  Nos vies nous apportent une façon d’appréhender certains livres. Personnellement, ce roman a eu un effet cathartique sur moi, par ma propre histoire, étant issue d’un milieu familial dysfonctionnel, j’ai pu m’identifier dans certaines situations, ce qui a renforcé ma compréhensions des personnages, de leurs attitudes mais aussi de leurs émotions. D’autres éléments m’ont frappés, mais je ne peux en parler de peur de vous spoiler le dénouement de l’histoire.

On dit toujours que l’on ne choisit pas sa famille, ici c’est le parfait exemple pour démontrer que l’on ne naît pas toujours au bon endroit, on ne choisit pas sa place dans la vie et Lochan et Maya n’ont pas choisi d’être frères et sœurs, mais ils ont choisi de s’aimer, d’assumer cet amour véritable en allant au-delà de la morale, au-delà de la raison, car je vous l’ai déjà dit la raison n’a pas sa place dans une histoire d’amour. Leur histoire est unique, et c’est ce qui fait qu’il est impossible de s’opposer à  leur amour.

J’ai lu ce roman d’une traite, et je savais qu’il me serait impossible de le lâcher avant de l’avoir terminé.  Je suis passé par toutes les émotions, j’ai eu des frissons, j’ai ressenti parfois une certaine angoisse, une peur sourde qui pulsait dans mes tempes car j’avais peur pour eux, j’avais peur que l’on ne les laisse pas s’aimer. Mais ce qui mérite d’être mentionné c’est que JAMAIS au long de ce récit je n’ai ressenti du dégoût ou de gène par rapport à leur relation. Pourquoi j’ai trouvé leur relation magnifique et naturelle ? Parce que l’auteure a su mettre l’accent sur ce qui est important dans l’histoire. Elle a su aborder leur attirance avec des mots choisis avec tact et finesse. Leur amour ne tombe pas comme un cheveu sur la soupe, non, leur relation se construit, petit à petit, les sentiments s’intensifient. Elle met en lumière la complexité de leur relation, l’impact psychologique que cela engendre sur leur vie familiale dysfonctionnelle. Le parallèle entre l’anormalité de leur vie de famille et l’anormalité de leur relation amoureuse.

Ce récit est dur et percutant. J’ai dû souffler à certains passages, reprendre mon souffle pour poursuivre et arriver au dénouement de l’histoire pour finir le visage inondé de larmes, secouer par de gros sanglots… J’ai pleuré de tristesse, mais aussi de rage, de haine envers cette société qui condamne tout et n’importe quoi. Je ne fais pas campagne pour légaliser les relations incestueuses, je fais campagne contre toutes les personnes qui se permettent de juger les autres, de démolir et de pointer du doigt un amour qui ne serait pas « normal ». A l’image de toutes ces personnes homophobes… Le thème est vraiment abordé de manière intelligente, quoi qu’il arrive ce roman fera réagir, en bien ou en mal, mais l’important c’est que l’on en parle, non ? Le récit alterne les points de vue de Maya et Lochan, les chapitres défilent à une vitesse, l’ambiance du roman est très émouvante, parfois très intense et la plume de l’auteure est addictive au possible car d’une qualité hors normes. J’ai eu le vertige avec ce livre, le cœur serré et je me suis sentie « vivante ».

En bref, et parce que si je ne m’arrête pas je continuerai encore et encore de vous parler de ce roman, je dois vous dire que l’histoire d’amour de Maya et Lochan est magnifique dans tout ce qu’elle représente. Sachez qu’ici le contexte fait toute l’histoire, que nos héros sont magistraux. La mise en scène de Tabitha Suzuma est déchirante, percutante, ce roman m’a pris aux tripes, cette histoire m’a détruite de mille façons pour me reconstruire avec le message qu’il transmet. Psychologiquement intense et servi par une plume d’une justesse implacable, ce roman fera couler de l’encre. Maya et Lochan n’avaient pas le droit de s’aimer, et pourtant ils l’ont fait pour apercevoir un peu d’espoir et de bonheur dans leur vie si difficile. L’auteure a su faire entrer la lumière dans leurs ténèbres. Maya et Lochan ont laissés leur marque en moi, je ne les oublierai jamais.  J’en ressors d’ailleurs enrichie, avec cette sensation de grandeur car j’ai perçu la beauté de l’amour quand bien même il serait considéré comme « interdit ».

Je ne peux que vous conseiller ce chef-d’oeuvre ! Tabitha Suzuma nous livre là une pépite et je la félicite d’avoir écrit cette merveilleuse histoire ! 


Extrait 

L’idée que notre entente, notre amitié, notre confiance soit brisée m’est insupportable. Il a toujours été plus qu’un frère pour moi. C’est mon âme sœur, l’air que je respire, ma raison de vivre. J’ai toujours su que je l’aimais plus que tout, et pas seulement d’un amour fraternel, comme Kit et Tiffin. Cependant, je n’avais pas soupçonné qu’il y avait un tel fossé entre l’amour fraternel et l’amour tout court…

Allons, j’ai bien conscience que c’est ridicule, bien trop stupide et dangereux de s’aventurer sur un tel terrain ! Nous ne sommes pas comme ça, nous ne sommes pas dérangés, nous sommes juste frère et sœur, et accessoirement meilleurs amis. Il en a toujours été ainsi entre nous ! Il est ce que j’ai de plus précieux ; si je le perds, je n’y survivrai pas.

Je remercie les éditions Milady et NetGalley pour leur confiance et ce service presse. 

Une réflexion sur “Forbidden > Tabitha Suzuma

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s