Prince des ténèbres > Rachel Caine

prince.jpg

Éditeur : J’ai Lu

Semi Poche : ICI

Au sein des maisons Montague et Capulet, un seul mot d’ordre : le pouvoir. Les hommes naissent pour combattre et meurent pour l’honneur. Leurs unions sont régies par l’argent. Les femmes, elles, sont une monnaie d’échange. Leur destin est écrit. Benvolio Montague, le cousin de Roméo, en est conscient et serait prêt à mourir pour sa lignée. Néanmoins, une étincelle de rébellion couve en lui. La nuit, il devient le prince des ténèbres : le plus grand bandit de Vérone, spécialiste des larcins chez les Capulet. Ce faisant, il pose un jour les yeux sur Rosaline, la sœur de Tybalt, promise au couvent. Dès lors, une terrible malédiction s’éveille, menaçant de réécrire l’histoire de Vérone et de ses habitants…

tiss coup coeur

Merci aux Éditions J’ai Lu pour ce service presse.

Imaginez vous  replonger au cœur de Vérone, au sein de la haine viscérale entre les Montaigue et les Capulet et surtout avec des personnages aussi emblématiques qu’envoûtants tels que Roméo, Juliette et Mercutio et ajoutez y une nouvelle histoire avec un Benvolio énigmatique et un Tybalt tyrannique. Bienvenue dans ce roman !

Être un Montaigu confère un certain pouvoir, une prestance, une force, mais être le cousin de l’héritier Roméo apporte inévitablement un destin de « protecteur » envers l’enfant chéri. Voila la destiné de Benvolio, celle de suivre, raisonner et sauver son cousin de ses péripéties et ses erreurs.

Benvolio est droit, intelligent, consciencieux et mâture, pourtant lorsque la nuit tombe, il devient téméraire, moqueur et très intrépide. Ce personnage à la double facette se révèle être immédiatement intrigant et envoutant, on l’admire pour sa force et sa perspicacité, on se prend d’affection pour sa dévotion à l’égard de sa famille et on tombe sous son charme mystérieux. Il fait preuve tout au long de l’histoire d’un très grand sang froid, d’une grande maitrise de lui même et d’un côté justicier masqué des plus louable, mais c’est surtout sa prise de conscience pour ses sentiments et le fait de les taire par respect aux Montaigue qui nous fascinent.

Rosaline quant à elle, malgré son statut de Capulet, reste très mystérieuse, indéchiffrable et bien trop érudit pour l’époque. Il nous faut du temps pour l’apprécier à sa juste valeur et comprendre ses bonnes intentions et son courage hors paire, mais une fois fait, on ne peut qu’adorer son caractère, sa personnalité, et sa droiture.

Et puis il y a également Roméo, ah ce très cher Roméo, plein de rêve, d’amour et d’insouciance, il nous apparait ici plutôt comme un jeune homme immature et déraisonnable mais quand la force de ses sentiments nous éclate aux yeux, il en devient cet amoureux maudit qu’on aime tant.

Enfin, parmi tous les autres personnages importants, je vais m’attarder sur Mercutio, le célèbre ami, celui que rien n’ébranle, à qui rien ne fait peur et qui à l’art et la manière d’apporter joie et rigolade. Pourtant lorsque son sort se ternit, on découvre un homme amer, blessé, dangereux et inconsolable, mais impossible de lui en vouloir, non au contraire on le comprend, on ressent sa tristesse et son désarroi. C’est un personnage clef et vraiment captivant.

Concernant l’intrigue, bien que les bases soient les même que dans l’histoire de Roméo et Juliette, la force de ce livre est d’avoir le point de vue de Benvolio, ainsi on étend nos perspective, on apprend d’autres choses, on saisie davantage certaines problématiques inévitables et surtout la malédiction entre ces deux familles nous apparaît alors plus forte, plus réelle et donc plus dure.

J’ai énormément aimé le style d’écriture, on reste avec une grammaire et un vocabulaire de l’époque, mais on y trouve la modernité d’une plume envoûtante, concise et réaliste, si bien qu’on se prend très facilement au jeu d’imaginer les scènes, de les vivre et de ressentir les émotions de Benvolio.

En conclusion, je suis totalement sous le charme de ce roman, de cet univers sombre, coloré, froid et calculateur et surtout de la puissance de l’amour que nous transmet l’auteur. Il est magique et envoûtant, c’est une pépite !

Une réflexion sur “Prince des ténèbres > Rachel Caine

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s