Romans

Tu as promis que tu vivrais pour moi > Carene Ponte

20170812_132426Editeur : Michel Lafon

Livre : ICI

Kindle : ICI

Quand on a trente ans, on n’est jamais préparé à perdre sa meilleure amie. C’est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie est emportée par la maladie en quelques mois à peine. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient, alors Molly accepte.
Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est gentil.
Lorsque Molly reçoit quelques jours après l’enterrement un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie, elle comprend que son engagement va l’entraîner bien plus loin que ce qu’elle imaginait…

 

Ma note : 5/5

Mon avis

Un sujet difficile, et pourtant nous y sommes malgré nous, tous confronté. Le deuil est une étape de la vie face auquel tout le monde ne réagis pas de la même manière. Il y a certains deuils impossible à faire, il y a parfois des promesses que l’on fait à la personne mourrante, promesses que l’on se doit de tenir. Le deuil est le sujet de base de ce livre, bien qu’il n’y soit pas dominateur, c’est bien la base de cette histoire que nous conte Carène Ponte. C’est d’ailleurs ce sujet qui m’a donné envie de découvrir le livre et l’auteure, car si un sujet aussi difficile est bien traité, cla peut donner une très belle histoire, et j’avais envie de voir ce que Carène pouvait en faire.

Malgré la perte d’une personne chère, la vie continue. Mais comment continuer ? Comment tenir une promesse alors que l’on vient de perdre notre meilleure amie ?

Cette promesse, c’est de continuer à vivre, de vivre entièrement, non seulement pour soi, mais également pour elle. C’est un peu une double promesse, certes pas facile à tenir au départ, mais avec un de la volonté, il paraît que l’on peut tout surmonter.

Ce qui ressort principalement, c’est l’amitié, l’humour, le côté positif, le fait de ne pas se laisser aller. Pour ce dernier point, Molly est aidée par des lettres qu’elle reçoit chaque mois, des lettres pour lesquelles son amie a fait le nécessaire afin qu’elles lui parviennent après son décès. On ressent la force de cette amitié qui les uni(ssait), une amitié comme nous n’en croisons que trop peu durant toute notre vie.

Un livre à lire sans hésiter, car au final il fait vraiment du bien et nous remonte le moral.

Merci aux éditions Michel Lafon, ainsi qu’au site NetGalley.

2 commentaires sur “Tu as promis que tu vivrais pour moi > Carene Ponte

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s