Coups de cœur de Marlène·Romance·Sagas

No Love No Fear #2 – Memory game > Angel Arekin

IMG_1274

Éditeur : BMR

Date de sortie : 7 juillet 2017

Lien d’achatAmazon

Yano a entraîné Rine dans un nouveau jeu, bien plus complexe et dangereux que celui dans lequel ils s’affrontaient jusque-là : emménager ensemble et vivre leur amour, jour après jour. Mais ils ne sont plus les seuls à dicter les règles : leur entourage semble ruser d’ingéniosité et de perversité pour détruire leur bonheur naissant. Yano doit voler au secours de son frère et le protéger de mauvaises fréquentations, Rine devient la cible d’énigmatiques messages… Cette fois, Rine et Yano vont devoir s’allier pour remporter la partie. Plus de mensonges, plus de  secrets. Mais peuvent-ils vraiment triompher du passé qui les hante ?


L’avis de Marlène – Coup de cœur ! 

Avant de débuter un roman d’Angel Arekin je suis dans un état second. Et poursuivre l’histoire de Rine & Yano fut un véritable régal. Le terme n’est d’ailleurs pas très bien choisi, car une fois de plus je ressors avec un énorme coup de cœur !

Dans le premier opus, nos héros ont joué à un jeu dangereux. À celui qui se ferait le plus mal pour apprivoiser l’autre. Yano et Rine avaient tous les deux besoin de panser leurs plaies. Des plaies béantes créées par une amitié et un amour dévastateur. Dans cette suite, le jeu se transforme, nos héros emménagent ensemble et donnent une nouvelle chance à leur amour. Mais à croire que le destin se ligue contre eux, car ils vont devoir affronter de nouveaux obstacles. Théo, le frère de Yano se met à déconner sévère en fréquentant des gens peu recommandables, Yano va devoir le sortir de là. Rine quant à elle va être la cible d’énigmatiques messages… Qui cherche à les séparer ? Le passé ne peut-il pas leur laisser une chance d’être heureux ? Yano et Rine arriveront-ils à s’allier et à se faire confiance pour effacer les affres du passé ? 

Parfois certaines histoires vous possèdent tant elles sont intenses. Elle effacent la réalité autour de vous. C’est comme cela que je vis l’histoire de Yano et Rine. Je ne la lis pas, je la vis, réellement ! Les mots de l’auteure et sa façon d’écrire me plongent dans une espèce de transe, comme s’il n’y avait plus que ses personnages qui comptent. C’est très troublant de se transposer autant à la place des protagonistes, surtout à la place de Rine et Yano, car leur histoire est puissante et complexe.

Ce second tome est encore plus intense, car la dynamique est totalement différente. Nos héros ont passé des caps et ils abordent un nouveau chapitre de leur histoire. Je commence à bien connaître l’auteure et je sais qu’elle nous réserve une véritable apothéose pour le troisième opus. Les émotions que je ressens en lisant ses histoires sont brutes, réelles et percutantes. Je ne discerne plus la fiction de la réalité car elle fait dans le sensationnel, dans le palpable et le réel. Elle sait tout simplement maîtriser les sentiments à la perfection.

L’histoire de Yano et Rine s’intensifie, elle se développe de façon à captiver encore plus les lecteurs, cette série est des plus complète, les tomes ne se ressemblent pas, l’auteure se renouvelle en faisant évoluer ses personnages de façon très crédible et cohérente. Elle n’embellit rien, elle donne dans le dur, elle n’épargne pas ses personnages, car la vie ne nous épargne pas. Elle nous vend du rêve en nous plongeant dans un univers très vivants. Il y a un parfait équilibre entre narration, dialogue et description. Les chapitres défilent, nous emportant un peu plus dans le tourbillon de sentiments que l’on ressent à mesure que l’on avance dans le récit.

Rine et Yano sont sur le devant de la scène. Mais Maël a toujours une place de choix dans l’histoire. Il apporte un côté très sombre et tourmenté à cette suite. C’est le moment pour nos héros de se souvenir, de comprendre ce qu’ils ont vécu tous les trois. On prend aussi conscience que l’amour est un sentiment difficile à appréhender, et lorsque celui-ci n’est pas réciproque, la descente aux enfers peut être très dure à vivre. Ce second opus nous permet vraiment de cerner mieux nos personnages. On se laisse aller à aimer Yano encore plus, malgré tout ce qu’il a pu faire subir à Rine. Il se dévoile comme jamais, mais Yano reste Yano, et on en attend pas moins de lui, car on l’aime avec ses fêlures, avec son caractère arrogant et passionné. Rine est une véritable guerrière, je l’admire tellement, pour sa façon d’être, pour sa façon de se remettre en question. Et la manière dont elle s’y prend pour tempérer Yano. Ils sont vraiment complémentaires tous les deux, une véritable osmose. Rine a aussi appris de ses erreurs, mais elle s’impose davantage, elle s’affirme et ne se laisse plus faire, c’est terminé. Dans ce tome, nos héros vont souvent être à vif, avec tout ce qu’ils vont devoir affronter. Il n’a aucun temps mort, aucun répit pour le lecteur…

L’intrigue de ce second tome m’a coupé le souffle, j’ai vraiment été soufflée par les événements qui se passent dans cette suite, j’avais tellement spéculé à la fin du premier tome, que je ne savais pas à quoi m’attendre ici. Et de toute manière j’avais totalement fait fausse route… Je me suis laissé surprendre par l’intelligence et l’ingéniosité de l’auteure, par sa façon de mettre en scène ses personnages comme si elle avait pu se mettre à leur place, tout semble si réel… Les rebondissements relancent sans cesse l’intérêt du lecteur, on ne voit rien venir, on se laisse piéger par l’auteure qui nous manipule à sa guise. Les personnages secondaires approfondissent la trame de l’histoire déjà très riche et captivante.

Angel Arekin connaît bien le genre humain et elle met en lumière les bases fondamentales d’un couple. La confiance qui se tisse entre Yano et Rine est tout simplement ce qui va cimenter leur relation. Et l’auteure le sait, elle nous le démontre dans des scènes qui mettent à l’épreuve la jalousie de nos héros. J’ai adoré ces moments qui nous prouvent que dans une relation amoureuse, la confiance est primordiale. Et cela nos héros vont devoir le gérer avec leur caractère, ils devront se mouler l’un à l’autre.

Seconde chose très importante, la passion. L’amour s’entretient, le sexe est un des éléments indispensable dans un couple, car c’est un aboutissement. Une consécration, une célébration… Et bordel, Yano et Rine envoient du lourd dans la chambre à coucher… Et un peu partout d’ailleurs… Le sexe est un de leur mode d’expression, ils arrivent à se comprendre, à guérir leurs blessures en se donnant l’un à l’autre corps et âme. Le sexe est torride entre eux, il absorbe beaucoup de leurs souffrances mais transmet aussi tout l’amour qu’il y a entre eux. Comme à son habitude, Angel Arekin m’a mise dans un état d’excitation avancé. Elle ne fait pas dans le descriptif, mais dans le passionnel, dans le sensuel, dans le brutal quand la situation s’y prête. Le sexe prend tout son sens avec Yano et Rine, c’est bon, excitant et grisant. Mais toujours avec cet amour sous-jacent. Car même quand ils baisent, Yano et Rine s’aiment à la folie. Et puis on va pas se mentir, baiser ça fait du bien…

Le triangle amoureux est toujours perceptible, car l’ombre de Maël plane toujours sur la tête de Yano et Rine. Nos héros vont devoir admettre leurs sentiments et leurs ressentis vis à vis de la disparition de Maël, mais aussi par rapport à leur passé et leur amour commun… Angel Arekin m’a pris aux tripes, comme si j’avais moi-même perdu Maël, comme si je l’avais moi-même détesté pour ce qu’il leur a fait à tous les trois. Maël est un pilier dans cette saga, s’il n’est pas là physiquement, il est tout de même présent, empoisonnant malgré tout le présent de Yano et Rine. Je ne suis pas une fan des triangles amoureux, car la plupart du temps je les trouve mal orchestrés… Mais ici c’est un véritable tour de force, l’auteure maîtrise les sentiments contradictoires, elle nous fait ressentir le trouble de nos personnages, mais aussi leur compassion les uns envers les autres. Elle met en lumière leurs erreurs, leurs mauvais choix, et ce, dans le contexte de l’époque, lorsqu’ils avaient quinze ans. Elle nous démontre aussi la complexité des sentiments amoureux, en nous prouvant que l’on peut aller très loin pour obtenir ce que l’on veut.

En bref, ce second opus s’avère encore plus intense que le premier, car la dynamique est totalement différente. Angel Arekin pousse ses lecteurs très loin dans les méandres de l’amour, elle met ses personnages à nu, elle nous fait vivre et vibrer avec Yano et Rine. Le rythme du récit est infernal, pas de répit. Des émotions vives, du sexe torride et salvateur, des émotions à fleur de peau et de la magie. La magie de l’amour et des sentiments, le déchirement de la perte… Les regrets et les remords… Le besoin de pardonner et de faire confiance pour avancer. Cette série est menée d’une main de maître, orchestré par une maîtresse de cérémonie à l’imagination sans limite. No love no fear c’est intense, brut, réel et sensuel. Un tourbillon d’émotions qui ravage tout sur son passage. On ressent l’urgence, le besoin et l’amour. Le troisième opus va se faire attendre, car j’ai versé pas mal de larmes à la fin de ce second tome, mais je sais déjà qu’il sera à la hauteur de mes attentes. Angel Arekin est une auteure que je ne cesserai jamais de vous recommander car elle fait dans le sensationnel et l’addictif !


Extrait 

« Je t’aime. Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans ces mots-là ? JE T’AIME… D’accord, tu es un enfoiré et je te déteste encore un peu d’avoir fait une chose pareille après tout ce que nous avons vécu ensemble, mais je suis là. Il me faut juste un peu de temps pour oublier cette image. »

Il saisit ma main dans la sienne, les traits de son visage se décontractant peu à peu.

« Qu’est-ce que je peux faire pour t’aider à oublier ? »

Il s’approche et penche son visage, frôlant mes lèvres des siennes.

« Tu vas devoir te montrer très gentil avec moi. »

Je lui lance un sourire taquin auquel il répond immédiatement.

« C’est un gros sacrifice que tu me demandes là. »

Il passe sa main sous ma veste et me pince la taille, puis il incline la tête, m’embrasse doucement et murmure tout contre ma bouche :

« Je vais te caresser jusqu’à ce que tu me supplies d’arrêter. J’aurai ton goût délicieux sur ma langue et tu crieras mon comme si j’étais ton dieu.

-Mon dieu ? lancé-je, en fourrant les poings sur mes hanches.

-Ce n’est pas ce que je suis ? « 

Il m’adresse une mimique ravageuse et pleine d’assurance.

« Tu est bien trop arrogant », grommelé-je en me dirigeant vers le panneau d’affichage. »

Je remercie les éditions BMR et NetGalley pour leur confiance et ce service presse. 

Mon avis sur No Love No Fear #1 – Play with Me > Angel Arekin

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s