Roman historique

Un baiser dans le désert > Barbara Cartland

IMG_1432

ÉditeurJ’ai lu pour elle
CollectionBarbara Cartland
Date de sortie : 30 août 2017
Lien d’achatAmazon

Vanda n’a jamais quitté sa maison natale et la campagne. Sa seule évasion : la lecture. Sa seule passion : l’équitation. Aussi, quand son frère lui propose de l’accompagner en Syrie, elle est ravie. Le but de l’expédition ? Acheter des pur-sang arabes. Vanda devra se faire passer pour une princesse. En effet, le cheikh Abu Hamid n’acceptera de céder des chevaux qu’à une condition : il veut accueillir une princesse anglaise sous son toit pour impressionner ses rivaux. Vanda sera-t-elle à la hauteur ? Appréhension, enthousiasme… Elle hésite. Et finalement opte pour l’aventure, la plus belle de toutes, qui va transformer sa vie pour toujours.


L’avis de Marlène – Note 3,5/5

[Un baiser dans le désert] est le second roman de Barbara Cartland que je lis. Et j’ai une fois de plus passé un bon moment. Ici j’ai été séduite par le voyage que j’ai fait avec nos personnages. Direction la Syrie avec Vanda, Charles (son frère) et le comte Favin Bracken. Leur mission ? Acheter des chevaux pur-sang arabes. Et pour se faire, Vanda va devoir se faire passer pour une véritable princesse aux yeux du cheikh Abu Hamid.

Vanda ne pouvait pas rêver mieux que d’entrer dans la peau d’une véritable princesse, avec tout ce que cela implique. Etre apprêtée avec des vêtements luxueux, adopter une attitude de sang royal, avoir des dames de compagnie à disposition. Vanda va être la pièce maîtresse d’une transaction à hauts risques. Advienne que pourra, notre héroïne et ses deux compagnons sont bien décidés à revenir à Londres avec de beaux pur-sang arabes.

Le récit est très court, un peu plus de 150 pages et pourtant, Barbara Cartland a misé sur le côté aventureux de l’histoire. Le sentimentalisme parsème les pages de ce roman pour donner ce côté romantique au récit sans vraiment empiéter sur l’intrigue principale, à savoir la supercherie mise en oeuvre par nos protagonistes pour obtenir les faveurs du cheikh Abu Hamid. 

L’histoire est agréable à lire. Les personnages sympathiques et plutôt bien ancrés dans leur réalité. On découvre différents milieux qui s’accordent avec la personnalité de nos personnages. Vanda est une jeune femme douce et sensible. Elle touche son entourage grâce à sa gentillesse et sa bienveillance. Vanda est une rêveuse, évidemment elle songe à l’amour, à cet homme qui la chérira plus que quiconque. J’ai trouvé ses rêves romantiques très réels, rien n’est surjoué, elle est sentimentale mais pas mièvre. C’est donc une héroïne que j’ai aimé suivre dans sa folle aventure. Charles est un personnage qui fait tampon, il est là pour trouver la solution au Comte Favin, c’est un ami proche et et Charles s’avère être quelqu’un de loyal. Une qualité que j’ai apprécié chez lui, tout autant que sa dévotion envers sa sœur. Favin Brackan est quant à lui un héros séduisant, très prévenant. Vanda lui fait une faveur et il sera très généreux en retour, en la gâtant avec des tenues dignes d’une vraie princesse, mais aussi en la couvrant d’attention. Très vite on va percevoir son attirance envers cette jeune femme qui respire la féminité. Et si l’attirance était réciproque ? 

L’intrigue est prenante et pleine de charme. J’ai aimé découvrir le Moyen-Orient. Les paysages et les coutumes locales sont captivantes. L’auteure nous plonge dans un monde de richesse et de pouvoir où la beauté d’une femme peut faire ployer le plus grand des souverain.

En bref, une lecture douce et pleine de charme. Un moment de détente et d’aventure au Moyen-Orient avec trois personnages très attachants. Une romance à l’eau de rose comme j’aime en lire de temps en temps rien que pour le dépaysement.


Extrait 

Tout semblait si extraordinaire ! Mais toutes les histoires qu’elle avait lues sur L’Orient ne parlaient que de choses extraordinaires. L’impossible pouvait arriver là-bas. L’impensable, l’inimaginable ici, était réalité dans ces contrées lointaines.

Il ne fallait donc pas créer de problèmes inutiles. Elle devait accepter les choses comme elles venaient et espérer que tout se passerait bien.

Elle avait un peu peur, bien sûr. Mais elle sentait aussi le bonheur poindre en elle. Elle rêvait depuis tellement longtemps de partir à l’étranger, de quitter ce petit coin de terre qu’était le Hertfordshire pour parcourir le monde. L’aventure lui tendait enfin les bras. Son rêve allait devenir réalité.

Je remercie Charlotte et les éditions J’ai lu pour leur confiance et ce service presse. 

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s