Coups de cœur de Marlène·Romance érotique·Sagas

Les trois talents #1 – Le conteur d’histoires > Emma Cavalier

IMG_1747

ÉditeurHugo & Cie – Editions Blanche
Date de sortie : 12 octobre 2017
Lien d’achatAmazon

Quand la rivalité attise le désir…
Brillante et ambitieuse étudiante en journalisme, Élisabeth est stagiaire pour le quotidien Azur Matin qui offre chaque année une bourse à un aspirant journaliste pour terminer ses études aux États-Unis.
Face à elle, un redoutable rival, Alexander Welles, un jeune homme d’origine anglaise bien décidé à tout mettre en œuvre pour obtenir la bourse. Et Élisabeth lui offre une occasion en or, lorsqu’il la surprend à surfer sur un site de rencontres très hot, depuis son ordinateur de bureau.
Alexander confronte la jeune femme à un sulfureux chantage : soit elle accepte de passer une nuit avec lui, soit il révèle son secret. Contrainte d’accepter, Élisabeth devra affronter ses désirs les plus inavouables et repousser ses propres limites, au risque de voir sa répulsion envers son concurrent se muer en un sentiment beaucoup plus trouble et intense. Peut-être même devra-t-elle choisir entre la réussite et l’amour…


L’avis de Marlène – Note ❤❤❤

Je souhaite d’abord remercier toute l’équipe des éditions Hugo & Cie de m’avoir permis de découvrir ce premier opus en avant première afin de préparer mon ITW et ma rencontre avec l’auteure à Cannes au festival new romance.

J’ai découvert la plume d’Emma Cavalier avec ses romans, « Le Manoir » et « Légendes du Manoir »… dont j’attends la suite avec impatience. Je peux dire que ce sont les deux premiers romans érotiques bdsm qui m’ont vraiment fait aimer le genre et cet univers si particulier trop souvent romancé à outrance dans les autres sagas. Pas que ce soit forcément négatif, car j’aime aussi les romances du genre de fifty shades, mais pour moi ce n’est pas l’excellence, c’est bon mais j’en suis venue à vouloir des textes plus profonds, plus crédibles qui mêlent habilement fiction et réalité, et c’est ce que je retrouve dans la plume d’Emma Cavalier. J’ai besoin de sensationnel, ni plus, ni moins…

Alors vous allez me demander ce que j’ai pensé de ce premier opus… bien évidemment ! Cette trilogie je l’attendais de pied ferme, avec certainement des attentes très élevées, mais je ne m’inquiétais pas. Car en terminant ce roman, je suis encore en orbite, loin très loin de mon quotidien, très loin dans mes pensées et dans mes réflexions. Voilà ce qu’Emma Cavalier est capable de faire, rien qu’avec des mots… Elle met en scène des personnages qu’elle a créé de toutes pièces, des personnages réels qui se matérialiseront dans votre esprit, qui prendront possession de votre être grâce à l’aspect psychologique de l’histoire, car c’est là que se joue une bonne romance érotique, et encore plus lorsque l’on explore le monde BDSM. Tout est une question de contexte, de mental, d’envie et d’abnégation.

Je fais un bref retour sur l’histoire. Elisabeth intègre le journal « Azur matin » en tant que stagiaire pour concourir à la bourse Perdini, qui lui permettrait de partir terminer ses études aux Etats-Unis. Un véritable rêve pour notre héroïne, seulement voilà, elle a un rival de taille en la personne d’Alexander Welles, et il espère bien tout faire pour obtenir la bourse. Alors quand il surprend Beth en train de surfer sur un site de rencontre très hot depuis le bureau, il y voit là une façon de faire chanter notre très chère Beth. Le deal est simple, Lex ferme les yeux sur ce qu’il a vu si Elisabeth accepte de passer une nuit avec lui… Un dilemme de taille pour notre héroïne qui découvre un monde de plaisirs insoupçonnés… Peut-elle se laisser aller à ses plus inavouables fantasmes ? Peut-elle mettre en péril sa chance d’avoir la bourse Perdini ?

Dès les premiers lignes, j’ai perçu l’excellence du scénario. Emma Cavalier positionne le lecteur face à une histoire très profonde, intense et complexe. Le prologue met tout de suite dans l’ambiance, on se pose instantanément des questions sur le déroulement de l’histoire. Emma Cavalier nous CONTE tout simplement l’histoire d’Elisabeth, qui sera notre unique narratrice. Suspendue aux mots de l’auteure, je me suis laissé aller, j’ai lâché prise tout simplement pour percevoir l’essence même de ce récit. J’ai écouté mon corps et mes sentiments au fil des pages. Elisabeth est une jeune femme qui explore une facette de sa sexualité via un site de rencontre axé bdsm, son cheminement est étourdissant dans ce premier opus, elle aussi se laisse porter par ses envies, par son désir de plaire à son partenaire, la part psychologique est très importante ici, elle renforce le coté érotique qui est subtilement décrit. Elisabeth nourrit des envies particulières, elle s’aperçoit que sa curiosité la pousse à découvrir ce qui se cache derrière ces relations soumises à des règles, plus elle surfe sur ce site et plus elle comprend que ça lui plaît, et ce qu’elle va découvrir avec Lex va confirmer ses envies. Alexander est quant à lui un énorme mystère ! C’est un héros charismatique qui m’a énormément plu, pour tout vous dire il m’a totalement subjuguée par sa prestance, par son magnétisme et la sensualité froide qu’il dégage. Lex est un homme d’apparence assez singulière, son sex-appeal est phénoménal mais c’est son côté sombre et mystérieux qui le rend si intense. On a immédiatement envie de percer tous ses secrets. Emma Cavalier nous laisse entrevoir plusieurs facettes de sa personnalité, sans trop en dévoiler pour attiser notre curiosité et notre intérêt à son égard. Lex est exigeant, assez rigide et son côté dominant prend une place monumentale, c’est à mes yeux un héros à mettre sur une piédestal.

Du côté des personnages secondaires, nous faisons connaissance avec la famille de Beth, son frère Tom aura un rôle important, j’ai aimé cette complicité entre lui et Beth, le lien qui les unit sera mis à mal, ce qui rend le récit tumultueux. Nous n’avons pas l’impression d’être dans un huis clos avec nos héros, mais pas loin, leur relation est intense, non définie, ni délimitée… Ce fut vraiment intéressant de vivre cette aventure avec eux. L’intrigue est addictive, intelligente et hautement psychologique. La psychologie prime sur l’érotisme, ou sublime les rapports charnels… Tout se joue dans le subconscient de nos personnages, tout n’est qu’envie, sensation, désir et lâcher prise. Mais les enjeux sont considérables, n’oublions pas qu’entre nos héros il y a une grande rivalité, qu’ils veulent tous les deux la bourse Perdini. Dans cette trilogie, il y a aussi un fil conducteur qui va se dérouler sur les trois tomes, le fond de l’histoire qui apporte ce côté unique et original au récit. Narré comme une histoire, indépendamment du moment présent. Un aspect que je souhaitais souligner tant il m’a plu.

Parlons sexe maintenant ! Et bien oui, c’est une trilogie érotique ! Emma Cavalier perce une fois de plus les mystère du monde bdsm. Elle nous expose subtilement  la découverte d’un univers charnel peu conventionnel. J’aime son goût pour le réalisme, la découverte du site « FetLife » a évidemment aiguisé ma curiosité, j’aime savoir de quoi il est question. Attention, petites curieuses, âmes sensibles s’abstenir ! Le sexe dans ce premier opus se décline de plusieurs façons, s’associant toujours à un contexte ou aux envies de nos personnages. Emma Cavalier a une plume aiguisée, faite pour éveiller les sens, faite pour brouiller toutes vos certitudes sur vos préférences sexuelles… Elle arrive à éveiller vos fantasmes les plus inavouables. Et son style est terriblement efficace. J’ai été grisée par l’aspect érotique de l’histoire, l’ambiance des scènes érotiques est hypnotique, j’ai été submergée par les émotions contradictoires que j’ai pu ressentir, comme si Lex avait aussi un quelconque pouvoir su moi. Emma Cavalier joue tellement bien avec les mots que dans ma psyché j’étais à la merci de Lex. 

Ce premier opus s’avère excellent. Au-delà de ce que j’en attendais. J’ai été captivée du début à la fin, anticipant le final en me rongeant les ongles. Mais je n’étais pas préparée au coup de théâtre final. J’ai été bluffée par l’intelligence de cette histoire, par la complexité et les choix de l’auteure. Emma Cavalier ne fait pas dans la facilité, elle met en scène la complexité du désir sexuel et des sentiments amoureux. L’évolution de l’histoire est comme l’éclosion d’une fleur, on vibre avec nos personnages lentement, mais totalement !

En bref, en terminant ce premier tome je suis encore sur un petit nuage, je sais que je vais mettre un peu de temps à redescendre sur terre car avec ce genre de récit je ne cesse de me rejouer certains passages exceptionnels. Emma Cavalier a bichonné cette saga et cela se sent. L’histoire est d’une richesse infinie, tant sur le style que sur la forme. L’auteure se démarque et propose à ses lecteurs une nouvelle histoire très aboutie avec une plume plus fluide et toujours aussi addictive, si ce n’est plus encore. Elle vous sert Lex sur un plateau mais pas touche… il est à moi ! Ce héros charismatique qui a pris possession de moi corps et âme… *oups on me dit dans l’oreillette que mon homme n’est pas d’accord…Mince alors* et qui continuera de me hanter jusqu’à ce que je puisse me jeter sur le second tome. Emma Cavalier met en exergue la puissance du désir et du lâcher prise. Elle sublime chaque scène érotique avec beaucoup de finesse et de psychologie tout en nous offrant des scènes très chaudes et grisantes.

Les trois talents c’est la trilogie érotique à ne pas louper en cette fin d’année 2017 et c’est déjà un coup de cœur pour moi. La French Team New Romance, une valeur sûre dans le genre !


Extrait 

« Hello, chérie. Désolé, je n’ai pas trop eu le temps de venir discuter avec toi ces derniers jour. Je t’envoie quelque chose pour me faire pardonner. »

« Je cliquai sur le lien et découvris un album photos Fetlife de toute beauté. Angel connaissait mes goûts et il m’avait dégoté exactement le genre de clichés devant lequel je pouvais passer des heures. La série était en noir et blanc et montrait en séquence les ébats d’un jeune homme et de deux jeunes filles sur un lit à barreaux. Malgré l’absence de couleurs, on devinait les lèvres peintes des filles, d’un rouge provocant. L’une d’elles, vêtue seulement d’une paire de bas blancs et d’un porte-jarretelles, était attachée par les poignets à genoux au pied du lit et s’étirait lascivement, dévoilant ses seins ronds et luisants devant l’objectif. L’autre, allongée sur le lit avec le garçon, glissait lascivement sa main dans le jean déboutonné de celui-ci, qui se pâmait sous cette caresse tout en cherchant la bouche de l’autre fille.

Je rapprochai mon nez de l’écran pour observer le tatouage juste au-dessus de la ceinture du garçon. C’était une phrase ou un poème, mais on n’arrivait pas très bien à lire sur cette photo. Je commençai à faire défiler toute la séquence, espérant en trouver une où je pourrais le déchiffrer. Plus j’avançais dans dans l’album, plus ça devenait chaud et explicite. Le rouge aux joues et les cuisses serrées, je m’arrêtai sur un cliché où le mec avait enfin retiré son jean. Je feignais de ne m’intéresser qu’au poème, en anglais, qu’on distinguait un peu mieux sur le côté du membre en érection que les deux filles léchaient avec gourmandise, quand j’entendis un petit rire derrière moi. Pas un rire sympathique, un rire moqueur et cynique.

-Je n’en crois pas mes yeux !

Je sursautai tellement fort que je fis tomber ma souris par terre et dus la ramasser avant de pouvoir dissimuler l’écran que j’étais en train de regarder. Cela laissa le temps à Welles de déclencher plusieurs fois son appareil photo.

-Elisabeth Assas, la gentille première de la classe que tout le monde admire… ajouta-t-il, s’esclaffant toujours et continuant à me mitrailler. Qui mate du porno sur l’ordinateur du bureau. Perdini va adorer. T’as vraiment fait ma journée, là, je te remercie.

Déjà, il filait le long du couloir. Je me jetai à sa poursuite et l’attrapai par la manche de sa chemise juste avant qu’il n’appuie sur le bouton de l’ascenseur.

-Welles, attends ! Attends. Tu ne peux pas me dénoncer !

-Je vais me gêner. Tu peux toujours courir pour avoir la bourse après ça ! Perdini est très à cheval sur la moralité de ses collaborateurs. Il ne voudra même pas que tu déposes un dossier.

-Attends. C’est pas possible ! Même toi, tu ne peux pas vouloir gagner de cette manière. Ce n’est pas du tout fair-play.

-C’est mal me connaître. Je suis prêt à tout pour gagner.

-Je t’en prie…

Il me jeta un regard espiègle en s’appuyant devant moi, les bras croisés.

-Vas-y, supplie-moi, Assas. J’adore.

Je me figeai, réalisant que j’étais en train de m’humilier devant lui, totalement en vain. De cette manière, je n’aurai aucune chance. Je croisai les bras à mon tour et tentai d’adopter une posture digne.

-Ok, tu marques un pointn Welles. Mais il doit bien y avoir un moyen de négocier… Qu’est-ce que tu veux ?

Son sourire s’élargit. Il avait l’air d’un gamin à qui on vient d’offrir un cadeau de Noël bien plus gros qu’il n’avait osé l’espérer. Il m’observa un moment et lâcha :

-Passe une nuit avec moi et j’oublie tout.

Je remercie les éditions Hugo & Cie pour leur confiance et cette avant-première. 

 

Un commentaire sur “Les trois talents #1 – Le conteur d’histoires > Emma Cavalier

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s