Romance·Sagas

Redhead #2 – Espiègle > Alice Clayton

IMG_2456

ÉditeurJ’ai lu pour elle
CollectionBest
Date de sortie : 20 septembre 2017
Lien d’achatAmazon

Alors que la carrière de Jack s’envole, Grace prend un aller simple pour New York dans l’espoir de voir la sienne décoller. Chaque soir, elle va illuminer les planches en interprétant le rôle phare d’une comédie musicale. Comment résister au charme de cette nouvelle vie ? À l’autre bout du pays, Jack cède quant à lui volontiers à celui des groupies, mais adulé à Los Angeles, il peine à suivre le rythme frénétique imposé par la célébrité. Aux grands maux, les grands remèdes : du téléphone rose aux week-ends-surprises, Grace et Jack tentent tout pour sauver leur couple…


L’avis de Marlène – Note 3.5/5

J’avais passé un agréable moment avec le premier opus de cette saga. J’avais tout de même noté que sur la fin l’histoire tournait un peu en rond et était un peu trop centré sur les ébats de notre jeune couple. J’avais du coup hâte de découvrir comment ils allaient s’en sortir dans leur relation à distance.

Honnêtement, ce second opus est prévisible, très prévisible, hélas je n’ai pas du tout été surprise par la teneur de l’histoire. Nos héros se retrouvent à des milliers de kilomètres l’un de l’autre, ils restent pendant de longues périodes sans pouvoir se « voir » et ils vont gérer au mieux leur couple à distance.

Nous naviguons donc dans l’univers de Grace, sa carrière décolle, elle se prépare à monter sur scène, répétitions après répétitions, elle se rapproche de Michael avec qui elle passe le plus clair de son temps. Pendant ce temps là, Jack vit lui aussi son rêve, il devient la coqueluche des médias, entre interview, tournée de promotion pour son film Time, Jack n’a pas une minute pour lui. Sauf pour ses appels quotidiens à sa douce Grace. Nos héros tentent tant bien que mal de garder une certaine intimité à distance avec des coups de fils coquins, des photos sexy et autres moments torrides volés à leurs journées interminables.

Du côté de l’intrigue, rien de neuf sous le soleil de la romance. Ce qui m’a plu dans ce second tome c’est les thèmes que l’auteure aborde avec ses personnages. N’oubliez pas que Grace est plus âgée que Jack, et cela risque de faire du remous si cela venait à fuiter sur les magazines people… En plus de la distance, nos héros doivent « cacher » leur relation, ce qui va clairement semer le doute dans l’esprit de Grace… Elle a de plus en plus de mal à vivre loin de son « Doux Dingue », et cela se ressent énormément.

La force de cette série c’est vraiment les personnages et la dynamique de leur relation. Grace et Jack sont adorables, je les aime tous les deux. Ils sont attachants, leur vie professionnelle prend énormément de place dans leur quotidien, ce qui rend leur relation particulière à vivre. Grace est touchante dans ce deuxième opus, ses doutes et ses peurs refont surface, et on ne peux que la comprendre… L’auteure met en lumière la confiance en soi et l’estime de soi et ces thèmes parleront à toutes les lectrices.

Les personnages secondaires enrichissent vraiment le scénario et permettent des rebondissements essentiels au dénouement de l’histoire. Michael et Marcia n’ont pas une place facile, mais j’avoue que je les ai trouvé parfaits dans leurs rôles. Holly est toujours aussi présente pour Grace, elle l’épaule au mieux.

L’humour s’allie à merveille à l’érotisme. Le duo que forment Jack et Grace est sacrément coquin, et leur compatibilité sexuelle est indéniable. On sent les prémices de sentiments plus profonds, mais j’aurai aimé que le sexe prenne une place moins importante, car l’ensemble tourne très vite en rond, J’espère que la suite m’apportera l’approfondissement que j’attends dans leur relation et leur avenir amoureux.

En bref, une suite toujours en dent de scie car s’il y a beaucoup de choses qui me plaisent dans cette série, comme la plume d’Alice Clayton et les personnages hors du commun, et bien je finis tout de même par me lasser de l’intrigue qui n’est pas assez étoffée malgré le traitement de thèmes très intéressants et qui parleront à toutes les lectrices. J’adore notre folledingue et le Brit mais… j’attends beaucoup de la suite de leur histoire.


Extrait 

« D’ordinaire, les relations longues distance fonctionnent mieux – pour peu qu’elles fonctionnent tout court – quand le couple est ensemble depuis bien plus longtemps que nous. Nous étions passés d’une brève mais intense période de sexe, câlins et amour à zéro contact en face à face, et cela s’avérait plus dur que nous l’avions cru.

Mais nous faisions en sorte de pimenter au mieux les choses. Sexe au téléphone, sexe en ligne, photos osées via iPhones : chaud, très chaud ! Si on me piquait un jour mon portable… Oh, Seigneur ! Ses fans imploseraient carrément !

Les nuits étaient les plus pénibles. Ne pas avoir mon Doux Dingue au lit à côté de moi, en train de réchauffer ma peau de son souffle tiède entre deux baisers et ses mains sur mes seins alors que nous nous blottissions sous la couette, me manquait le plus et j’avais du mal à dormir, bien que je sois généralement épuisée après une journée de répétition.

Je m’étais fait quelques nouveaux amis et instantanément liée avec Leslie, qui jouait mon ennemie jurée dans le spectacle. Son personnage était tout ce que j’étais autrefois : jeune, jolie, jeune, talentueuse, jeune, et une vraie garce. Leslie était aussi hilarante dans la vraie vie, et quand nous nous étions aperçues que nous étions toutes les deux accros aux rumeurs people, nous avions eu une raison de plus de nous rapprocher. Ça me tuait de ne pas lui avouer qui était Jack, mais je savais qu’il était préférable que lui et moi gardions notre relation secrète. tout ce que savait la troupe, c’était que je fréquentais un acteur qui résidait à L.A. Seul Michael connaissait la vérité. Et il demeurait étrangement silencieux à ce propos.

Mais quelque chose se tramait du côté de mon Brit.

Il sortait – beaucoup. Ce qui n’était pas un problème, car franchement, à vingt-quatre ans, c’est ce qu’on fait. Il participait à des scènes ouvertes et ça me rendait malade de ne pas pouvoir l’écouter. L’entendre jouer me manquait vraiment, et tout spécialement la bande-son action qu’il composait chaque matin pendant que je me préparais. Avec le décalage horaire de trois heures, je lui parlais habituellement la nuit, avant d’aller me coucher et avant qu’il sorte. J’étais aussi en contact occasionnel avec Rebecca, sa costar dans le film à venir Time, lequel garantissait leur future célébrité. Nous nous envoyions des SMS de temps en temps et elle m’avait informée que, quoiqu’elle demeurât constamment en Patrouille Pouffiasses, la masse populaire féminine commençait incontestablement à convoiter ardemment notre cher Jack Hamilton. »

Je remercie Charlotte et les éditions J’ai lu pour leur confiance. 

Mon avis sur Redhead #1 – Explosive > Alice Clayton

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s