ITW spéciale

L’interview d’Emma Cavalier !

20171005_135847

J’ai eu l’opportunité de lire le premier opus de la saga [Les trois talents] en avant première pour pouvoir poser quelques questions à Emma Cavalier concernant sa nouvelle trilogie, mais aussi concernant sa vie d’auteure ^^

Je souhaite commencer par remercier l’équipe des éditions Hugo roman pour leur confiance et ensuite merci à Emma Cavalier qui a répondu scrupuleusement à toutes mes questions ! Let’s go c’est parti !

Tout d’abord quelques questions sur ta nouvelle trilogie.

  • Comment t’aies venu l’inspiration pour cette nouvelle trilogie ? Comment en arrives-tu à établir l’ébauche du scénario et à l’étaler sur trois tomes ?

C’était une première pour moi : la première fois que je me lançais dans un projet dont je savais depuis le départ que ce serait une trilogie. Je suis partie de quelques ingrédients de départ qui font le cœur d’une romance : les deux personnages principaux, la nature de leur relation, deux ou trois éléments de base de l’intrigue (je ne peux pas dire lesquels sans spoiler !)

En tout cas, je voulais écrire une romance avec une coloration BDSM, mais dont les personnages seraient sur un pied d’égalité au départ : je voulais éviter le duo employeur/stagiaire ou milliardaire/étudiante qui rend le rapport de force trop évident dès le départ. D’où l’idée de les rendre concurrents pour la bourse Perdini.

À partir de ça, j’ai fait une trame très basique pour chacun des 3 tomes et elle s’est affinée et approfondie au fur et à mesure de l’écriture. Les personnages réservent toujours leur lot de surprise, on ne peut pas tout prévoir à l’avance ! Il y a eu aussi les commentaires de mes bêta-lecteurs et lectrices, qui ont conduit à des réécritures parfois importantes. Le résultat final ne ressemble plus que de très loin à mon idée de départ…

  • Ce premier opus se déroule à Nice. Etait-ce important pour toi que cela se passe dans cette ville ?

C’était l’un des fameux ingrédients de départ : je voulais éviter de raconter (encore) une histoire qui se passe à Paris. Nice est une ville que j’ai beaucoup arpentée quand j’étais au lycée et qui me fascine par ses multiples facettes. Il y a le côté chic de la Côte d’Azur, le farniente du sud, le côté jeune de la ville étudiante et le caractère de la vieille ville… je voulais de tout ça dans mon roman.

J’écrivais les derniers chapitres quand a eu lieu l’attentat du 14 juillet 2016. C’était terrible, j’avais l’impression d’avoir été touchée personnellement, je me suis dit que je ne pourrais plus jamais voir cette ville de la même manière… Cela a rendu ce choix encore plus important, a posteriori.

  • Le bdsm est-il un élément indispensable lorsque tu écris ? Est-ce l’univers que tu préfères mettre en scène ?

Je n’ai pas choisi le BDSM, c’est lui qui m’est tombé dessus… J’éprouvais une fascination certaine pour cet univers, qui était quasi omniprésent dans la littérature érotique française que je lisais beaucoup (par exemple Histoire d’O ou Le Lien). Quand j’ai écrit mon premier roman, Le Manoir, j’ai complété ma connaissance de ce milieu en consultant des blogs et des forums sur internet. Le Manoir propose une vision très fantasmée du BDSM, presque à la manière d’un conte de fée, et je l’avais arrangé à ma sauce. Aussi je redoutais énormément la réaction de la « vraie » communauté BDSM face à ce livre quand il est sorti…

Finalement, il a été bien accueilli, même au-delà de mes espérances, et à partir de ce moment-là je suis entrée en contact avec plusieurs membres « pratiquants » de cette communauté. Cela m’a permis de découvrir des gens adorables, souvent curieux, ouverts d’esprits et très chaleureux. J’ai acquis une vision très différente du BDSM, beaucoup plus ludique, plus réaliste et intégrée aux aléas de la vie quotidienne. J’ai eu envie d’y revenir dans Les Trois Talents, pour montrer cette réalité très différente. Apparemment je n’avais pas fait le tour de la question !

  • Comment étoffes-tu la personnalité de tes personnages ?

J’utilise un test de personnalité qui s’appelle le MBTI (pour en savoir plus, aller sur mon blog : https://emmacavalier.wordpress.com/2017/04/29/creer-des-personnages-coherents-avec-le-mbti-5927703/ !)

Sinon j’ai pour habitude de donner à chacun de mes personnage un détail (ça peut être un tic de langage ou un geste, une réflexion, un défaut, une caractéristique physique ou encore un détail de son passé) inspiré d’une personne de mon entourage. C’est ce petit bout de réel qui leur donne la vie. Si vous croisez mon chemin, prenez garde : vous risquez de vous retrouver dans un de mes prochains romans…

  • Aimes-tu torturer tes héros ?

Quelle drôle de question ?! Joker !

Non, sérieusement, je ne torture mes personnages que s’ils sont consentants.

  • Lex est très mystérieux et charismatique. A-t-il été difficile de lui donner une si grande prestance ? Es-tu tombé amoureuse de lui au fur et à mesure que tu écrivais ?

Je suis très touchée que tu aies cette image de Lex… De mon côté je ne comprends pas ce qui s’est passé. C’était juste un sale type mal fringué et dépourvu du moindre savoir-vivre et tout à coup… Eh bien Lex, quoi ! Mais je ne peux rien te dire : tu n’as pas encore lu les deux autres tomes… sachez juste que si vous croyez être tombées amoureuses de Lex, eh bien vous n’avez encore rien vu !!!

  • L’histoire est complexe et bien menée. Quel était ton objectif avec cette trilogie ? Que voulais-tu faire ressentir à tes lecteurs ?

Mon but était avant tout de raconter une bonne histoire, de me faire plaisir et de donner du plaisir à mes lecteurs et lectrices par la même occasion. Et bien sûr de leur procurer tout plein d’émotions, en premier lieu cette impression d’être tiraillé face à un dilemme insoluble. Céder à Lex ou perdre la bourse Perdini ? Tomber amoureuse ou faire carrière ? Rester indépendante ou se laisser aller au plaisir ? Je voulais que le lecteur soit balloté avec Elisabeth, qu’il hésite avec elle.

  • Ce premier tome est brillant et psychologiquement intense. A quoi devons-nous nous attendre avec la suite ?

À encore plus d’intensité ! Vous entrerez dans la tête de Lex et vous saurez tout sur ce qui a fait de lui l’âme torturée qu’il est au début du tome 1. Vous ferez les montagnes russes émotionnelles avec Elisabeth : vous tomberez bien plus bas et vous grimperez encore plus haut. Vous voyagerez au-delà des océans, vous visiterez en particulier New-York et Londres. Enfin vous ferez connaissance avec plein de nouveaux personnages que vous aurez bien du mal à quitter quand il faudra refermer le troisième livre !

  • Comment te sens-tu à quelques jours de la sortie du premier tome ? Excitation ? Peur ?

Je suis très impatiente. Je me sens plutôt en confiance, grâce à mes bêta lecteurs et lectrices qui ont été absolument intransigeants et m’ont fait retravailler encore et encore jusqu’à approcher aussi près de la perfection que possible ! J’en profite donc pour les remercier ici encore une fois. Cependant j’avoue quand même une petite appréhension à l’idée d’entrer dans le monde de la New Romance. Beaucoup des lectrices que j’ai rencontrées lors du Festival New Romance à Cannes avaient des attentes très particulières. J’espère ne pas les décevoir, et aussi qu’elles ne seront pas trop déstabilisées par mon univers érotique qui est tout sauf conventionnel…


Et maintenant quelques questions sur toi en tant qu’auteure.

  • Quelle place occupe l’écriture dans ta vie ?

Je ne peux pas m’en passer ! C’est aussi important et naturel pour moi que de respirer… J’ai toujours au moins un projet en cours, parfois plusieurs. Et dès que je termine un texte, les idées se bousculent dans ma tête !

  • Quand tu écris, c’est plutôt dans le calme ? Avec de la musique ? Un moment privilégié dans la journée pour écrire ?

J’écris en général le matin, plus rarement pendant ma pause déjeuner ou en fin d’après-midi. Par principe je n’écris jamais après 19h, j’ai constaté que mon cerveau était bien moins performant avec la fatigue de la journée…

Quant à la musique, elle m’est quasi indispensable. J’écris souvent avec mes écouteurs sur les oreilles. Chacun de mes textes est associé à un univers musical qui lui est propre : depuis que j’ai découvert Deezer, je crée une playlist pour chaque roman que j’écris et je l’écoute en boucle, pendant tout le temps que dure mon travail sur le projet en question. C’est-à-dire plusieurs mois !

  • Qu’est-ce qui t’aies indispensable lorsque tu écris ?

Ça varie d’un roman à l’autre, bizarrement. J’ai déjà parlé de la musique ; j’ai aussi tout un tas d’habitudes idiotes qui peuvent aller de la couleur de l’encre de mon stylo à l’emplacement précis de la table à laquelle je m’installe dans mon café favori. Mais dès que mon humeur change, je change ! Je suppose que le rituel sert surtout à créer une continuité d’un jour à l’autre, car mes séances d’écriture quotidiennes sont assez courtes.

  • Comment t’organises-tu quand tu écris ?

Comme j’ai une vie bien remplie entre mon travail, ma famille et mes diverses activités sportives, je réserve un moment très particulier à l’écriture dans mon agenda quotidien. Mon secret c’est la routine : j’écris un peu tous les jours, généralement entre 30 minutes et une heure, en respectant le rituel du moment, qui change en fonction du texte que j’écris. Si je tiens ce rythme, il me faut 3 à 6 mois pour écrire un roman en moyenne. Dans les périodes où j’ai plus de temps pour moi, pendant les vacances par exemple , je n’écris pas forcément plus longtemps : les autres moments de ma journée, en dehors de la fameuse routine, sont consacrés à des activités connexes comme chercher des informations ou recopier mes innombrables carnets sur mon ordinateur.

  • Tu écris essentiellement de la romance érotique, pourquoi ce choix ? Qu’aimes-tu dans cet univers ?

C’est difficile à expliquer. Qu’il s’agisse de films ou de livres, la romance est le seul genre qui me fait vibrer, trembler, rire et parfois pleurer. Quand on y ajoute l’érotisme, c’est le feu aux poudres… naturellement je me suis mise à écrire le type d’histoires que j’avais envie qu’on me raconte. Je suis une romantique indécrottable, dans mon genre !

  • Nous sommes curieuses, tu le sais sans doute, peux-tu nous parler de tes projets à venir ?

L’écriture des trois tomes des Trois talents a été une sorte de marathon qui a duré trois ans, en discontinu. J’avoue avoir besoin d’une pause ! En ce moment je m’essaye de manière expérimentale à d’autres genres : la dark romance, la dystopie, le young adult et même le livre pour enfant. Aucune idée de l’avenir éditorial potentiel de ces expériences !

  • Je suis une grande fan du « Manoir », je sais d’ors et déjà qu’il y aura une suite. Mais sera-t-elle publiée dans l’année à venir ?

Le Manoir fait partie de ces univers qui hantent leur auteur au point qu’il lui devient impossible de s’en détacher. Effectivement j’ai écrit un troisième tome il y a maintenant plusieurs années. Sa publication ne dépend hélas pas de moi…

  • Peux-tu nous parler un peu de toi ?

Je ne sais pas trop par où commencer ! Je suis quelqu’un de très timide, qui s’exprime plus facilement à l’écrit que dans les conversations mondaines (comme le démontre la longueur de mes réponses à cette interview…) Je suis aussi une personne désespérément désordonnée : pour moi « ranger » est synonyme de « perdre ». Je deviens facilement obsessionnelle quand j’écris sur un sujet, ce qui m’a conduit ces dernières années à m’enflammer pour des sujets aussi divers que l’escrime, la culture japonaise, les tatouages et autres modifications corporelles, la ville de Londres, et bien d’autres. J’adore les chevaux, les chats, le chocolat, la montagne et les séries télévisées. Et un dernier aveu : je pleure à chaque fois que je regarde le film Amour et amnésie (50 first dates en VO), et pourtant je l’ai vu autant de fois que Drew Barrymore a reçu de premiers baisers !


Et voilà c’est déjà terminé ! J’espère que vous avez pris plaisir à en apprendre plus sur la trilogie [Les trois talents] mais aussi sur Emma Cavalier, c’est une auteure que j’apprécie particulièrement, et cela me tenait à cœur de faire cette interview ! Je vous laisse mon avis coup de cœur sur le premier opus !

Les trois talents #1 – Le conteur d’histoires > Emma Cavalier – Note ❤❤❤

Vous pouvez suivre Emma Cavalier sur les réseaux sociaux ! 
Facebook – Twitter – Instagram

Un commentaire fait toujours plaisir

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s