La longue marche > Monyka Madrigali

la-longue-marche

Editeur : 5 sens éditions

Lien d’achat : ICI

La longue marche – 60 pages

Fuir l’horreur, à travers d’autres horreurs.

Fuir la mort, à travers de multiples petites morts.

Destins tragiques de ceux/celles qui n’ont d’autre espoir qu’une mort en sursis face à une mort certaine.

Sans nom, tout au plus un visage et un corps qui luttent contre tout et tous – identité à jamais niée – , par l’argent payé pour rejoindre un mirage de survie.

Hommes/femmes/enfants à l’existence rayée du possible, hommes/femmes/enfants à la peau noire ou bronze, au regard vide et pareillement absents.

Où réside l’espoir quand tout se désagrège ?

Il y a la nuit – partout, au-dessus dans le ciel dont on ne regarde plus ni étoiles ni soleil, en dessous dans la violence des flots qui secouent les viscères et l’âme, autour quand l’horizon se ferme sur une image de soi-même multipliée à l’infini par la douleur et la désespérance.

Il y a ce qu’on pensait ne devoir jamais vivre.

Ahmed, Leïla, Khaled, Youssef, qui d’autre encore dans la longue marche ?

Lire la suite

La fenêtre > Liliane Schraûwen

51ZdOtGJfOL

Éditeur : Meo éditions

Lien d’achat : Amazon

Une femme est assise devant un mur blanc. Elle se tait, elle attend. Que le temps passe, que la mort vienne, que le froid s installe. En elle pourtant grouillent des choses du passé, vivantes, tièdes, terribles parfois. C est la vie, cette vie dont elle ne veut plus et qu elle a voulu fuir une fois pour toutes. Mais où cela se passe-t-il ? Quel est donc cet univers où rien ne bouge sinon le souvenir, quelquefois, et le rêve ? Que fait-elle là, cette femme sans nom, devant le rectangle gris d une fenêtre vide ? Dehors, pourtant, il y a le soleil, le vent léger, et les cris des enfants. Il suffirait peut-être d ouvrir la fenêtre… Publié pour la première fois en 1994, ce deuxième roman de l auteur a obtenu le Prix littéraire du Parlement de la Communauté française de Belgique (Fédération Wallonie-Bruxelles). Il était introuvable suite à la disparition de ses deux premiers éditeurs. Extrait : Maintenant, c est le matin. Du moins, je crois bien que c est le matin. Devant elle, il y a une journée sans but, plus désertique que la plage de son enfance, plus vide que la première page d un cahier neuf. Pourtant, je me souviens qu il y a eu, à une époque, des tas de journées pleines, remplies à craquer de travaux, de repas à préparer, de lessives à terminer, d enfants à habiller, à nourrir, à aimer… Quand était-ce ? Il y avait une maison remplie de vie, de cris, de rires et de disputes. Il y avait sans cesse du bruit, des chansons, de la musique, des conversations. Il y avait tout plein d enfants, trois, quatre, elle ne sait plus. Le temps était trop petit, les jours avaient trop peu d heures et les heures trop peu de minutes, de secondes, pour venir à bout de toutes les tâches en attente. Elle était active alors, et même elle aimait cette agitation permanente, cette nécessité de passer sans cesse d une occupation à une autre. Oui, elle aimait cela, je crois bien. Elle ne rêvait pas, ne songeait plus guère aux matins d enfance que furtivement, devant les frimousses des petits, devant leurs regards comme en attente et qui se remplissaient si vite de joie ou de larmes… L enfance. La vie immense et inconnue, toute chargée de promesses tel le vent léger du soir, qui ride à peine l eau du lac et se répand sur les jardins, tiède du parfum des fleurs exténuées. La petite fille adorait ce moment fugace et rapide où le monde respire et s ébroue une dernière fois avant la profonde nuit tropicale, vibrante de bruissements et des senteurs de la terre qui s endort. Elle aimait aussi les matins rayonnants et déjà chauds, juste après le lever rose du soleil sur le grand lac laiteux rayé parfois du trait fin d une pirogue de pêche. Elle s étirait et regardait ce rose orangé et cette brume douce sur l eau, elle était heureuse alors, sans le savoir, comme les bêtes assoupies qui remuent doucement. La tête pleine de rêves et d histoires et d horizons inconnus, elle attendait vaguement, sans savoir quoi, toute chaude encore de sommeil. La vie. C est la vie qu elle attendait, comme font les enfants. Elle allait grandir, partir, voyager, aimer. Elle deviendrait une star de cinéma ou une exploratrice célèbre, les gens l aimeraient, l admireraient, et chaque instant de chacune de ses journées serait intense et vif, brillant comme le bonheur. Elle aurait des enfants, sûrement, avec qui elle jouerait au soleil des heures durant, sans jamais les gronder, sans laisser personne les frapper ou leur faire du mal. Je me souviens de cela aussi, de cette plénitude dorée et de cette attente incertaine, de toutes ces aubes fondues en un seul matin, le premier du monde.

Lire la suite

Deep Secrets – Saison 1 > Delinda Dane

18519834_928042630698576_4826261952348688104_n

Éditeur : Kaya 

Date de sortie : 1er juin 2017

Lien d’achat : à venir

Lui, c’est Madden. Madden Gage, la star du lycée, le bad boy impitoyable et adulé de tous, celui qui fait retourner les têtes sur son passage. Celui qui cache un terrifiant secret, et qui hurle sa souffrance toutes les nuits.

Elle, c’est Rileigh. Rileigh Saint, le fantôme du lycée, la fille dont personne ne se souvient jamais, celle qui observe en retrait et qui n’aime rien mieux que la solitude. Celle dont la vie va basculer le jour où, sans le vouloir, elle va découvrir le secret de Madden.

Entre harcèlement et manipulation, Madden et Rileigh vont entamer une relation trouble – de celles qui vous obsèdent jour et nuit, mêlant haine et dépendance.

De celles qui bouleversent tout, surtout quand l’amour y fait son apparition. De celles qui ne plaisent pas à tout le monde. De celles qui mettent votre vie en danger.

Lire la suite

Les Harlem Hellsfighters > Max Brooks

61mw-+0IykL._SX335_BO1,204,203,200_

ÉditeurEditions Pierre de Taillac

Lien d’achatAmazon

« Harlem Hellfighters », tel est le nom qui fut donné aux soldats afro-américains du 369e régiment d’infanterie. C’est en raison de leur courage que les allemands les surnommèrent les « combattants de l’enfer ». Décorés par la France pour leur bravoure, ces new-yorkais furent ignorés par leur pays, et leur héroïsme fut bientôt oublié… Jusqu’à ce que max brooks fasse revivre leur histoire dans ce stupéfiant roman graphique.

Lire la suite

Péril au fournil > Céline Barré

51RH3OqWZTL.jpg

AchatAmazon

Les Farfelus : Il s’agit d’une série originale mêlant satire sociale et scènes de vaudeville, situations loufoques et dialogues truculents. Les personnages de la série amusent, exaspèrent ou surprennent le lecteur mais ne le laissent pas indifférent.
Dans cette série, rien n’est vraisemblable mais tout est possible.  

Résumé : Le Président se comporte comme un despote ! Il provoque catastrophe sur catastrophe, faisant fi des besoins de ceux qui l’ont élu. Qu’à cela ne tienne, Jocelyne, une boulangère, décide de monter à Paris afin de hurler sous ses fenêtres ! Insoumise et candide, la boulangère souhaite prendre la tête de la seconde Révolution Française. Elle va tout mettre en œuvre afin de torpiller les manœuvres présidentielles.Pourra-t-elle compter sur le soutien de son mari volage et de ses voisins dans cette entreprise ô combien risquée ? Une armée de gentils bras cassés parviendra-t-elle à renverser le pouvoir en place ?  Deux femmes de tête vont prêter main forte à la boulangère. Entre révolution personnelle et Révolution tout court, suivez les destins croisés de Joce, Martine et Marie-Cécile de La Morne. Vont-elles renoncer à leurs vies plan-plan et prendre le large ? Elles devront choisir entre passion et raison. Elles vous feront voyager du Cotentin jusqu’à la frontière espagnole en passant par Paris et l’Angleterre en compagnie de Francis Tatanne, Francis Ollanzi, Kevin Laverge, Petra Vulvona et Jean-Michel Bowy (entre autres farfelus). Chaque épisode de la série Les Farfelus est indépendant.

Lire la suite